Saint symphorien sur coise

Saint-Symphorien-sur-Coise – Wikipedia Jump to content Main menu Main menu move to sidebar hide Navigation Main pageContentsCurrent eventsRandom articleAbout WikipediaContact usDonate Contribute HelpLearn to editCommunity portalRecent changesUpload file Languages Language links are at the top of the page. Search Search Create account Log in Personal tools Create account Log in Pages for logged out editors learn more ContributionsTalk Contents move to sidebar hide (Top) 1Population 2See also 3References Toggle the table of contents Saint-Symphorien-sur-Coise 32 languages AsturianuBân-lâm-gúCatalàCebuanoDeutschEspañolEuskaraFrançaisItalianoLadinLatinaLombardMagyarBahasa MelayuNederlandsНохчийнOccitanOʻzbekcha / ўзбекчаPiemontèisPolskiPortuguêsRomânăSlovenčinaSuomiSvenskaТатарча / tatarçaУкраїнськаVènetoTiếng ViệtVolapükWinaray中文 Edit links ArticleTalk English ReadEditView history Tools Tools move to sidebar hide Actions ReadEditView history General What links hereRelated changesUpload fileSpecial pagesPermanent linkPage informationCite this pageGet shortened URLWikidata item Edit interlanguage links Print/export Download as PDFPrintable version In other projects Wikimedia Commons Coordinates: 45°37′59′′N 4°27′28′′E / 45.6331°N 4.4578°E / 45.6331; 4.4578 From Wikipedia, the free encyclopedia You can help expand this article with text translated from the corresponding article in French. (July 2014) Click [show] for important translation instructions. View a machine-translated version of the French article. Machine translation, like DeepL or Google Translate, is a useful starting point for translations, but translators must revise errors as necessary and confirm that the translation is accurate, rather than simply copy-pasting machine-translated text into the English Wikipedia. Do not translate text that appears unreliable or low-quality. If possible, verify the text with references provided in the foreign-language article. You must provide copyright attribution in the edit summary accompanying your translation by providing an interlanguage link to the source of your translation. A model attribution edit summary is Content in this edit is translated from the existing French Wikipedia article at [[:fr:Saint-Symphorien-sur-Coise]]; see its history for attribution. You should also add the template {{Translated|fr|Saint-Symphorien-sur-Coise}} to the talk page. For more guidance, see Wikipedia:Translation. Commune in Auvergne-Rhône-Alpes, FranceSaint-Symphorien-sur-CoiseCommuneA view of the church, from the north-west Coat of armsLocation of Saint-Symphorien-sur-Coise Saint-Symphorien-sur-CoiseSaint-Symphorien-sur-CoiseShow map of FranceShow map of Auvergne-Rhône-AlpesShow allCoordinates: 45°37′59′′N 4°27′28′′E / 45.6331°N 4.4578°E / 45.6331; 4.4578CountryFranceRegionAuvergne-Rhône-AlpesDepartmentRhôneArrondissementLyonCantonVaugnerayIntercommunalityCC des Monts du LyonnaisGovernment • Mayor (2020–2026) Jérôme Banino[1]Area14.07 km2 (1.57 sq mi)Population (Jan. 2020)[2]3,704 • Density910/km2 (2,400/sq mi)Time zoneUTC+01:00 (CET) • Summer (DST)UTC+02:00 (CEST)INSEE/Postal code69238 /69590Elevation480–629 m (1,575–2,064 ft) (avg. 580 m or 1,900 ft)1 French Land Register data, which excludes lakes, ponds, glaciers > 1 km2 (0.386 sq mi or 247 acres) and river estuaries. Saint-Symphorien-sur-Coise (French pronunciation: [sɛ̃ sɛ̃fɔʁjɛ̃ syʁ kwaz]) is a commune in the Rhône department in eastern France. Population[edit] Historical populationYearPop.±% p.a.1968 3,063— 1975 3,311+1.12%1982 3,225−0.38%1990 3,211−0.05%1999 3,069−0.50%2007 3,428+1.39%2012 3,522+0.54%2017 3,682+0.89%Source: INSEE[3] See also[edit] Communes of the Rhône department References[edit] ^ “Répertoire national des élus: les maires” (in French). data.gouv.fr, Plateforme ouverte des données publiques françaises. 13 September 2022. ^ “Populations légales 2020”. The National Institute of Statistics and Economic Studies. 29 December 2022. ^ Population en historique depuis 1968, INSEE Wikimedia Commons has media related to Saint-Symphorien-sur-Coise. vteCommunes of the Rhône department Affoux Aigueperse Alix Ambérieux Amplepuis Ampuis Ancy Anse L’Arbresle Les Ardillats Arnas Aveize Azolette Bagnols Beaujeu Beauvallon Belleville-en-Beaujolais Belmont-d’Azergues Bessenay Bibost Blacé Le Breuil Brignais Brindas Brullioles Brussieu Bully Cenves Cercié Chabanière Chambost-Allières Chambost-Longessaigne Chamelet La Chapelle-sur-Coise Chaponnay Chaponost Charentay Charnay Chasselay Châtillon Chaussan Chazay-d’Azergues Chénas Chénelette Les Chères Chessy Chevinay Chiroubles Civrieux-d’Azergues Claveisolles Cogny Coise Colombier-Saugnieu Communay Condrieu Corcelles-en-Beaujolais Cours Courzieu Cublize Denicé Deux-Grosnes Dième Dommartin Dracé Duerne Échalas Émeringes Éveux Fleurie Fleurieux-sur-l’Arbresle Frontenas Genas Gleizé Grandris Grézieu-la-Varenne Grézieu-le-Marché Les Haies Les Halles Haute-Rivoire Jons Joux Juliénas Jullié Lacenas Lachassagne Lamure-sur-Azergues Lancié Lantignié Larajasse Légny Lentilly Létra Limas Loire-sur-Rhône Longes Longessaigne Lozanne Lucenay Marchampt Marcilly-d’Azergues Marcy Marennes Meaux-la-Montagne Messimy Meys Millery Moiré Montagny Montmelas-Saint-Sorlin Montromant Montrottier Morancé Mornant Odenas Orliénas Le Perréon Pollionnay Pomeys Pommiers Porte des Pierres Dorées Poule-les-Écharmeaux Propières Pusignan Quincié-en-Beaujolais Ranchal Régnié-Durette Riverie Rivolet Ronno Rontalon Sain-Bel Saint-André-la-Côte Saint-Appolinaire Saint-Bonnet-de-Mure Saint-Bonnet-des-Bruyères Saint-Bonnet-le-Troncy Saint-Clément-de-Vers Saint-Clément-les-Places Saint-Clément-sur-Valsonne Saint-Cyr-le-Chatoux Saint-Cyr-sur-le-Rhône Saint-Didier-sur-Beaujeu Sainte-Catherine Sainte-Colombe Sainte-Consorce Sainte-Foy-l’Argentière Sainte-Paule Saint-Étienne-des-Oullières Saint-Étienne-la-Varenne Saint-Forgeux Saint-Genis-l’Argentière Saint-Georges-de-Reneins Saint-Germain-Nuelles Saint-Igny-de-Vers Saint-Jean-des-Vignes Saint-Jean-la-Bussière Saint-Julien Saint-Julien-sur-Bibost Saint-Just-d’Avray Saint-Lager Saint-Laurent-d’Agny Saint-Laurent-de-Chamousset Saint-Laurent-de-Mure Saint-Marcel-l’Éclairé Saint-Martin-en-Haut Saint-Nizier-d’Azergues Saint-Pierre-de-Chandieu Saint-Pierre-la-Palud Saint-Romain-de-Popey Saint-Romain-en-Gal Saint-Romain-en-Gier Saint-Symphorien-d’Ozon Saint-Symphorien-sur-Coise Saint-Vérand Saint-Vincent-de-Reins Salles-Arbuissonnas-en-Beaujolais Sarcey Les Sauvages Savigny Sérézin-du-Rhône Simandres Soucieu-en-Jarrest Sourcieux-les-Mines Souzy Taluyers Taponas Tarare Ternand Ternay Theizé Thizy-les-Bourgs Thurins Toussieu Trèves Tupin-et-Semons Val d’Oingt Valsonne Vaugneray Vaux-en-Beaujolais Vauxrenard Vernay Ville-sur-Jarnioux Villechenève Villefranche-sur-Saônesubpr Villié-Morgon Vindry-sur-Turdine Vourles Yzeron subpr: subprefecture Authority control databases International VIAF National France BnF data This Rhône geographical article is a stub. You can help Wikipedia by expanding it.vte Retrieved from “https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Saint-Symphorien-sur-Coise&oldid=1184271044” Categories: Communes of Rhône (department)Rhône (department) geography stubsHidden categories: CS1 French-language sources (fr)Geography articles needing translation from French WikipediaArticles with short descriptionShort description is different from WikidataCoordinates on WikidataPages using infobox settlement with image map1 but not image mapPages with French IPACommons category link from WikidataArticles with VIAF identifiersArticles with BNF identifiersArticles with BNFdata identifiersRhône communes articles needing translation from French WikipediaAll stub articlesPages using the Kartographer extension This page was last edited on 9 November 2023, at 10:51 (UTC). Text is available under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License 4.0; additional terms may apply. By using this site, you agree to the Terms of Use and Privacy Policy. Wikipedia® is a registered trademark of the Wikimedia Foundation, Inc., a non-profit organization. Privacy policy About Wikipedia Disclaimers Contact Wikipedia Code of Conduct Developers Statistics Cookie statement Mobile view Toggle limited content width Accueil Skip to main content Accueil La municipalité Décisions du conseil Publications Arrêtés officiels Le conseil Service à la population CNI / passeport Prêt matériel Cantine Urbanisme Actualités Contact Adresse 90 Pl. du Marché 69590 Saint-Symphorien-sur-Coise Réseaux Accueil La municipalité La municipalité Voir la page Décisions du conseil Publications Arrêtés officiels Le conseil Service à la population Services à la population Voir la page CNI / passeport Prêt matériel Cantine Urbanisme Actualités Contact 04 78 44 37 57 Les vœux de la municipalité Vendredi 5 janvier, 19h au gymnase de la rivière (aux Pinasses) En savoir plus Coeur de Bourg Plan façades et devantures En savoir plus Bulletin municipal Vivre ensemble 113 – Décembre 2023 En savoir plus Les vœux de la municipalité Plan façades et devantures Bulletin municipal Service à la population Liens pratiques. CNI / Passeport Publications Cantine Prêt matériel Médiathèque Agenda. Ven. 5 janvier Les vœux de la municipalité En savoir + Sam. 6 janvier Les élus à votre rencontre Dim. 7 janvier Les dimanches à la Médiathèque 26 et 27 janvier Distribution des sacs poubelle Documents d’urbanisme et PLU Urbanisme. Documents d’urbanisme et Cerfas Plateforme de dématérialisation Geoportail Mairie de Saint Symphorien sur Coise Pour toutes informations, nous contacter © 2023 Mentions légales, RGPD et cookies Adresse 90 Pl. du Marché 69590 Saint-Symphorien-sur-Coise 04 78 44 37 57 Suivre les actualités News Facebook Nous utilisons des cookies afin de mesurer l’audience de notre site internet via Google Analytics. Vous pouvez choisir d’accepter ou de refuser ces cookies, ou en savoir plus dans nos mentions légales. Accepter Refuser Saint-Symphorien-sur-Coise — Wikipédia Aller au contenu Menu principal Menu principal déplacer vers la barre latérale masquer Navigation AccueilPortails thématiquesArticle au hasardContact Contribuer Débuter sur WikipédiaAideCommunautéModifications récentesFaire un don Langues Sur cette version linguistique de Wikipédia, les liens interlangues sont placés en haut à droite du titre de l’article.Aller en haut. Rechercher Rechercher Créer un compte Se connecter Outils personnels Créer un compte Se connecter Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus ContributionsDiscussion Sommaire déplacer vers la barre latérale masquer Début 1Géographie Afficher / masquer la sous-section Géographie 1.1Communes limitrophes 2Urbanisme Afficher / masquer la sous-section Urbanisme 2.1Typologie 2.2Occupation des sols 3Toponymie 4Histoire 5Politique et administration Afficher / masquer la sous-section Politique et administration 5.1Rattachements administratifs et électoraux 5.2Intercommunalité 5.3Liste des maires 5.4Distinctions et labels 6Population et société Afficher / masquer la sous-section Population et société 6.1Démographie 6.2Santé 6.3Social 6.4Enseignement 6.5Festivités 7Économie Afficher / masquer la sous-section Économie 7.1Commerce 7.2Artisanat et industries 7.3Tourisme 8Culture locale et patrimoine Afficher / masquer la sous-section Culture locale et patrimoine 8.1Lieux et monuments 8.2Personnalités liées à la commune 9Notes et références Afficher / masquer la sous-section Notes et références 9.1Notes 9.2Cartes 9.3Références 10Voir aussi Afficher / masquer la sous-section Voir aussi 10.1Article connexe 10.2Liens externes Basculer la table des matières Saint-Symphorien-sur-Coise 32 langues AsturianuCatalàНохчийнCebuanoDeutschEnglishEspañolEuskaraSuomiMagyarItalianoLatinaLadinLombardBahasa MelayuNederlandsOccitanPolskiPiemontèisPortuguêsRomânăSlovenčinaSvenskaТатарча / tatarçaУкраїнськаOʻzbekcha / ўзбекчаVènetoTiếng ViệtVolapükWinaray中文Bân-lâm-gú Modifier les liens ArticleDiscussion français LireModifierModifier le codeVoir l’historique Outils Outils déplacer vers la barre latérale masquer Actions LireModifierModifier le codeVoir l’historique Général Pages liéesSuivi des pages liéesTéléverser un fichierPages spécialesLien permanentInformations sur la pageCiter cette pageObtenir l’URL raccourcieÉlément Wikidata Imprimer / exporter Créer un livreTélécharger comme PDFVersion imprimable Dans d’autres projets Wikimedia Commons 45° 37′ 59′′ nord, 4° 27′ 28′′ est Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus. Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2010). Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ? Pour les articles homonymes, voir Saint-Symphorien. Saint-Symphorien-sur-Coise Panorama sur le quartier de l’église. Blason Administration Pays France Région Auvergne-Rhône-Alpes Département Rhône Arrondissement Lyon Intercommunalité CC des Monts du Lyonnais Maire Mandat Jérôme Banino 2020-2026 Code postal 69590 Code commune 69238 Démographie Gentilé Pelauds Populationmunicipale 3 712 hab. (2021 ) Densité 912 hab./km2 Géographie Coordonnées 45° 37′ 59′′ nord, 4° 27′ 28′′ est Altitude Min. 480 mMax. 629 m Superficie 4,07 km2 Type Commune rurale Unité urbaine Saint-Symphorien-sur-Coise (ville isolée) Aire d’attraction Lyon (commune de la couronne) Élections Départementales Vaugneray Localisation Géolocalisation sur la carte : France Saint-Symphorien-sur-Coise Géolocalisation sur la carte : France Saint-Symphorien-sur-Coise Géolocalisation sur la carte : Rhône Saint-Symphorien-sur-Coise Géolocalisation sur la carte : Rhône Saint-Symphorien-sur-Coise Liens Site web saint-symphorien-sur-coise.fr modifier Saint-Symphorien-sur-Coise est une commune française, située à 600 m d’altitude dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Les habitants de ce village sont appelés les Pelauds [1] en souvenir de l’importante activité de tannerie qui existait jadis sur la commune. Sa position le long d’un axe routier reliant la plaine du Forez et la vallée du Rhône lui a donné depuis le Moyen Âge une vocation de village-centre qui se traduit aujourd’hui par l’importance des activités de service. Géographie[modifier | modifier le code] Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ? Située à une altitude variant de 580 m à 610 mètres, Saint-Symphorien-sur-Coise est une commune de moyenne montagne encadrée par les points culminants des monts du Lyonnais (le crêt Malherbe (943 m), le signal de Saint-André (937 m), le signal de la Courtine (933 m). Le village est établi sur un piton rocheux au confluent de la Coise et de l’Orzon qui s’écoule en direction de l’ouest vers la Loire. OpenStreetMap Limite communale Communes limitrophes[modifier | modifier le code] Pomeys N Larajasse O Saint-Symphorien-sur-Coise E S Saint-Denis-sur-Coise(Loire) Coise Urbanisme[modifier | modifier le code] Typologie[modifier | modifier le code] Saint-Symphorien-sur-Coise est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l’unité urbaine de Saint-Symphorien-sur-Coise, une unité urbaine monocommunale[5] de 3 682 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7]. Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9]. Occupation des sols[modifier | modifier le code] L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires artificialisés (50,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (39,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (44 %), zones urbanisées (38,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %)[10]. L’évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l’IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 1]. Carte des infrastructures et de l’occupation des sols de la commune en 2018 (CLC). Toponymie[modifier | modifier le code] La commune, instituée par la Révolution française sous la dénomination de Saint Symphorien sur Coise est renommée Chausse-Armée le 29 frimaire de l’an II, puis Saint-Symphorien-sur-Coise (ci-devant le Châtel) en 1801, avant de reprendre son nom traditionnel[11]. La dénomination révolutionnaire de Chausse-Armée rappelle que, de tous temps, ce bourg de tanneurs et de cordonniers a fourni une quantité considérable de souliers aux armées. Histoire[modifier | modifier le code] Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus. Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013). Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ? Antiquité Saint-Symphorien était le carrefour de l’Iter viennensis, (le grand chemin de Vienne à Roanne) et de la première « voie d’Aquitaine » partant de Fourvière pour rejoindre l’Auvergne en direction de Bordeaux. À la fin de la période gallo-romaine les Ségusiaves vont se retrancher dans les monts du Beaujolais et du Lyonnais jusqu’alors pratiquement inhabités. Lorsque les invasions barbares vont déferler sur toute la Gaule, les Ségusiaves se regrouperont au pied des Monts du Forez, des Bois Noirs et des Monts de la Madeleine. Les pièces de monnaie gauloises représentant un taureau cornupète sont souvent attribuées aux Ségusiaves. Une pièce de monnaie, datant du premier siècle avant Jésus-Christ et portant une inscription SEQVANOIOTVOS, a été trouvée à l’oppidum du Crêt Chatelard près de Roanne. Le Forum Segusiavorum, était le nom donné à la cité de Feurs une place stratégiquement bien située entre la vallée de la Loire et la vallée du Rhône, où des marchands de tous horizons venaient échanger leurs produits. Moyen Âge Au XIe siècle le château de Saint-Symphorien construit par les comtes de Forez s’élevait à l’emplacement de l’église actuelle sur la limite entre le Forez et le comté de Lyon. Avec le traité de 1173 qui mit fin aux conflits féodaux entre ces deux territoires, Saint-Symphorien fut rattaché définitivement à l’archevêché (aux comtes de Lyon). Celui-ci confiait à ses vassaux l’exploitation des fiefs, essentiellement des nobles, qui pouvaient entre eux se transmettre, vendre ou échanger leurs biens. Eudes de Tournon, seigneur de Beauchâtel et de Serrières vendit le 1er juin 1405 la moitié du fief (on peut penser que l’autre moitié appartenait à l’Église de Lyon) pour la somme imposante de 3000 écus d’or à Hugues Jossard, étonnamment fils d’un gros commerçant de L’Arbresle. Celui-ci avait été, très jeune, anobli pour services rendus à la couronne par Charles VI, et exerçait à Lyon les fonctions de lieutenant du bailli et de juge des ressorts. Il avait fait une fortune considérable en moins de 25 ans, notamment dans l’exploitation de mines de plomb. Bourgeois de Lyon où il possédait de nombreux biens, il avait acheté Saint Symphorien pour son sous-sol et était par ailleurs détenteur des châtellenies de Chessy-les-Mines et de Châtillon d’Azergues. Il avait marié ses enfants aux plus grandes familles de la région. Il portait par ailleurs le titre de conseiller du Roi et mourut immensément riche vers 1408, après avoir transmis la seigneurie de Saint-Symphorien à son fils Jean Jossard. Après que les mines furent vendues à Jacques Cœur puis rachetées après sa destitution, celui-ci conservera le fief jusqu’à son décès vers 1465. Il le transmettait à son tour à ses filles, Jeanne Jossard, épouse de Guillaume de Laye, baron de Saint-Lager (en Beaujolais) qui revendit sa part à l’Église de Lyon en 1478, et Françoise Jossard, épouse de Yves Terrail, cousin de Bayard[12]. Époque moderne En 1628, le prêtre de Saint-Symphorien-sur-Coise rapporte qu’une contagion fait rage dans la paroisse. Les habitants fuient baptiser leurs enfants dans les communes alentour. Il écrit: “À la louange de Dieu, fait notre que la maladie contagieuse s’attacha en ceste ville sur la fin du mois d’aoust et croit ont qu’une fille nommée Catherine Mercieu, niepce de Mathieu Mercieu habitant de ceste ville apporta la dite maladie contagieuse de Lyon où elle estoit malade. Le dit Mercieu son oncle layant conduit du dit Lyon en ceste Ville le vingtiesme aoust auquel mesme jour elle deceda et feut inhumée solennellement bien que soupçonnée de contagion. Après l’enterrement, la maison ou elle deceda feut fermée et y deceda quinze jours après Jeanne Parens femme du dit Mercieu, peu de jours après le dit Mercieu, aultre Mercieu nepveu du dit Mathieu et frère de la dite Catherine et la Percollette ats brossarde qui les servoit la dedan.” (voir ici) L’épidémie de peste continua jusqu’en 1629. Une activité de tannerie et de travail du cuir a existé jusqu’à une période récente. La fabrication de chaussures pour l’armée de l’an II explique ainsi le nom de Chausse-Armée. La tannerie Ronzon, outre son activité principale, à longtemps fabriqué des selles et harnachements de chevaux. Époque contemporaine Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ? Le bourg a été desservi de 1914 à 1933 par la ligne des chemins de fer départementaux de Rhône et Loire pour Messimy, et par les Tramways électriques de Viricelles-Chazelles à Saint Symphorien sur Coise et extensions de 1899 à 1933, deux lignes de chemins de fer secondaires à voie métrique Le tramways électriques de Viricelles-Chazelles à Saint Symphorien sur Coise La gare des Chemins de fer départementaux de Rhône et Loire. Politique et administration[modifier | modifier le code] Vue générale. Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code] La commune se trouve dans l’arrondissement de Lyon du département du Rhône. Pour l’élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la dixième circonscription du Rhône. Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Saint-Symphorien-sur-Coise[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Vaugneray. Intercommunalité[modifier | modifier le code] La commune était le siège de la communauté de communes des Hauts du Lyonnais, créée en 1998. Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[13], celle-ci fusionne avec sa voisine pour former, le 1er janvier 2017, la communauté de communes des Monts du Lyonnais, dont est désormais membre Saint-Symphorien-sur-Coise. En 2018, Saint-Symphorien-sur-Coise est également le siège du syndicat intercommunal des eaux des Monts du Lyonnais et de la Basse vallée du Gier[14]. Liste des maires[modifier | modifier le code] Liste des maires successifs[15] Période Identité Étiquette Qualité Les données manquantes sont à compléter. Jean-Baptiste Antoine Merlat NotaireConseiller général de Saint-Symphorien-sur-Coise (1833 → 1866) Lucien Beaujolin Républicain Docteur en médecineConseiller général de Saint-Symphorien-sur-Coise (1895 → 1913) Pierre Anier(père) URD VétérinaireConseiller général de Saint-Symphorien-sur-Coise (1913 → 1931) Pierre Anier(fils) URD VétérinaireConseiller général de Saint-Symphorien-sur-Coise (1931 → 1940) Les données manquantes sont à compléter. mai 1953 mars 1971 André Loste mars 1971 mars 1989 Pierre Grange mars 1989 mars 2001 Louis Vericel App. UDF Conseiller général de Saint-Symphorien-sur-Coise (1982→ 2001) mars 2001 2014[16] Roger Peillon SE 2014[17] juillet 2017[18] Thomas Gassilloud LREM Chef d’entreprise[19]Député du Rhône (10e circ.) (2017 → )Vice-président de la communauté de communes des Monts du Lyonnais (2017 → 2017) Président du syndicat des eaux (2017[20] → 2017)Démissionnaire à la suite de son élection comme député juillet 2017[21] En cours (au 4 octobre 2018) Jérôme Banino DVD Cadre dans l’industrie cosmétique Distinctions et labels[modifier | modifier le code] En 2014, la commune est distinguée du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[22]. Population et société[modifier | modifier le code] Démographie[modifier | modifier le code] L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24]. En 2021, la commune comptait 3 712 habitants[Note 3], en augmentation de 2,34 % par rapport à 2015 (Rhône : +4,53 %, France hors Mayotte : +1,9 %). Évolution de la population [ modifier ] 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1 7801 5741 7521 8531 7901 9361 6751 7041 849 Évolution de la population [ modifier ], suite (1) 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1 9201 9202 0011 8821 9362 0652 1252 3072 459 Évolution de la population [ modifier ], suite (2) 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 2 5922 7292 8532 2772 3002 3882 4112 3692 740 Évolution de la population [ modifier ], suite (3) 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2 9603 0633 3113 2253 2113 0693 3823 4283 522 Évolution de la population [ modifier ], suite (4) 2017 2021 – – – – – – – 3 6823 712——- De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu’en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[25].) Histogramme de l’évolution démographique Santé[modifier | modifier le code] Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ? Social[modifier | modifier le code] Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ? Enseignement[modifier | modifier le code] L’existence d’établissements d’enseignement à Saint-Symphorien est ancienne. Le fonctionnement d’un collège dédié à l’instruction de la jeunesse est attesté dès le XVe siècle. Avec une organisation qui varie au fil du temps, il permet à des ecclésiastiques d’enseigner à lire, écrire et compter aux garçons ainsi qu’à leur apprendre le catéchisme et quelques autres savoirs basiques. Le collège rassemble généralement moins d’une centaine d’écoliers et doit composer avec la concurrence d’autres structures de plus petite taille, créées à l’initiative privée, pour dispenser un enseignement plus professionnel aux garçons ou prendre en charge celui des filles[26]. Les filles sont plus particulièrement formées par les Ursulines à partir du XVIIe siècle, qui font du couvent des religieuses une grande école, en comparaison avec les petites écoles que des particuliers ouvrent pour un public plus ciblé[27]. La Révolution chamboule ce système, en retirant aux religieux le pouvoir d’enseigner et en peinant à leur substituer une succession laïque. L’Empire et la Restauration rendent leur retour possible et l’enseignement d’un instituteur pour les garçons coexiste avec celui des Ursulines pour les filles. La nécessité de se conformer à la législation, qui impose la création d’une école communale, amène en 1823 la municipalité à faire appel aux frères maristes, qui pourvoient à la formation des garçons tandis que deux décennies plus tard les sœurs de Saint-Charles remplacent les Ursulines pour celle des filles. L’instruction laïque obligatoire et gratuite voulue par la IIIe République se traduit par l’ouverture d’une école publique de filles et d’une école publique de garçons, laquelle se révèle peu attractive au regard de l’école de frères maristes qui capte la quasi-totalité du public masculin dans un nouveau bâtiment érigé le long de l’actuelle rue Chanoine Pavailler. Après la Seconde Guerre mondiale, le regroupement des deux écoles publiques qui formera plus tard le groupe scolaire public Hubert Reeves, et l’introduction de la mixité dans le groupe scolaire Champagnat en fort développement[28], font porter l’attention sur la suite à donner à l’enseignement primaire. L’initiative de l’ouverture d’un enseignement secondaire revient aux établissements privés, avec en 1954 une classe de sixième pour les filles de l’école Saint-Charles et deux ans plus tard une autre pour les garçons de l’école mariste, classes qui fusionneront dans un groupe scolaire unique en 1967. La construction en 1965 d’un nouveau bâtiment au bout de la rue Chanoine Pavailler pour les classes de quatrième et de troisième offre la possibilité aux élèves de Saint-Symphorien d’aller jusqu’au brevet d’études du premier cycle (BEPC) du second degré. L’acquisition en 1970 du clos Gonon pour y installer les classes de seconde, première et terminale prolonge cette possibilité jusqu’au baccalauréat[29]. L’extension se poursuit vers l’enseignement supérieur avec l’ouverture en 2021 d’un brevet de technicien supérieur (BTS). L’offre de formation à Saint-Symphorien passe aussi par le lycée Jean Monnet, parti d’un cours ménager après-guerre évoluant en un centre d’études féminines rurales qui s’implante à la sortie de la ville en direction du Nézel, transformé en un lycée professionnel Jean Monnet en 1991[30]. La maison familiale rurale Val-de-Coise, installée au clos Beaujolin, dispense également des formations professionnelles[31]. Festivités[modifier | modifier le code] Depuis 2015 a lieu en juillet le festival pluridisciplinaire À la croisée des chap’[32]. Économie[modifier | modifier le code] La vie économique est marquée par une agriculture dominée par l’élevage laitier et la diversité des industries de transformation. En 2009, on dénombrait 2 195 emplois sur la commune, ce qui est non négligeable pour une commune de près de 3 500 habitants. Commerce[modifier | modifier le code] Le marché « producteurs et forains » se déroule chaque mercredi depuis le quinzième siècle[réf. nécessaire] et existe toujours de nos jours. Place de la Bouterie se tenait le marché aux porcelets qui attirait les producteurs de toute la région. À la suite des plaintes des riverains importunés le marché fut déplacé puis abandonné. La commune dispose d’une soixantaine de commerces de proximité et de dix toilettes publiques. Artisanat et industries[modifier | modifier le code] À la fin du Moyen Âge, la ville de Saint Symphorien le Château était réputée pour la fabrication du drap noir puis pour le travail des cuirs et peaux[réf. nécessaire]. L’industrie de la salaison dont le site de production le plus important aujourd’hui est l’entreprise Cochonou, suivie de l’entreprise familiale Chillet créée en 1912. La légende veut qu’un boucher du nom de Martel ait oublié des saucisses au fond d’un placard, et après les avoir goûtées, il aurait reproduit le procédé pour fabriquer et commercialiser sa découverte sous le nom de saucisson[réf. nécessaire]. Ceci est une légende locale qui a donné naissance à une chanson. Au XIXe siècle, deux activités se sont ajoutées : la production du chapeau de paille qui a employé jusqu’à 700 personnes ; la fabrication des meubles représentée par l’entreprise Grange. Cette entreprise créée en 1904 produisait des meubles de haut de gamme et copie d’ancien. Elle employait 106 personnes en France et 70 à l’étranger. Elle a été placée en liquidation judiciaire, faute de repreneur, en novembre 2018[33]. Tourisme[modifier | modifier le code] La commune est un des 100 plus beaux détours de France et dispose d’un circuit patrimoine. Elle est traversée du nord au sud par le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code] Lieux et monuments[modifier | modifier le code] Saint Symphorien sur Coise est l’une des 100 villes référencées parmi les Plus Beaux Détours de France[34]. L’église collégiale. La chaire du XVIIIe siècle de l’église collégiale. L’église collégiale du XVe siècle, classée monument historique en 1920, est construite sur un piton rocheux, à l’emplacement du château fort édifié au XIe siècle par les comtes de Forez. Les comtes de Lyon, devenus maîtres du territoire, après avoir démantelé la forteresse, la transformèrent en église romane, destinée à remplacer l’ancienne chapelle Saint-André-des-Arcs dont on ignore l’emplacement. Le nouvel édifice a été consacré au martyr Symphorien d’Autun. À partir de 1407, le cardinal Girard, natif de Saint-Symphorien-sur-Coise, consacra une grande partie de sa fortune pour la transformer en un édifice gothique selon le goût de l’époque[35], [36]. Compte tenu de la configuration du site, elle n’a pas de transept et son allure de forteresse rappelle la fonction défensive du site. Aux XVe et XVIe siècles des familles de notables locaux ont financé la construction des chapelles latérales. Vitraux de l’église consacrés à la légende de Saint Symphorien La croix des Pénitents La ville est enceinte de trois lignes de remparts médiévaux encerclant la cité La tour du rempart (début du XIIIe siècle), vestige de la deuxième ligne de fortification ; les remparts et les demi-tours réparties tout le long permettaient d’assurer la défense de la cité[37]. La porte de Riverie du XIVe siècle. Située sur la troisième ligne de remparts, c’est l’une des trois portes qui permettaient l’accès à la ville[38]. Maisons du XIVe siècle : près de l’église elles sont construites contre le premier rempart de la ville. Leur forme allongée et étroite avec une cour intérieure et un puits est caractéristique de cette époque. La place de la Bouterie : située à l’extérieur de l’ancienne cité, ce fut l’emplacement du premier marché aux porcs du mercredi. Elle a conservé deux maisons avec un étage en encorbellement[39]. L’hôtel-Dieu actuel, situé sur la route de Lyon à Feurs, a été construit en 1696. Il regroupe l’ancien mezel (place du Mezel) destiné aux malades contagieux et la grange des pauvres où l’on recevait les pèlerins en route vers Le Puy-en-Velay La Maison des métiers est le conservatoire des savoir-faire des monts du Lyonnais. Les anciens artisans du cuir, du bois, du chapeau de paille, des salaisons reproduisent devant le public les gestes d’autrefois. Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code] Le cardinal Girard. Marie Gavault (1737) grand-mère et marraine du poète Alphonse de Lamartine et préceptrice du jeune Louis Philippe (dernier Roi de France) y est née. Pierre Girard (mort en 1415), cardinal, y est né. Symphorien Champier (1471-1538), médecin à Lyon et auteur de plusieurs traités de médecine, combattant à la bataille de Marignan, fils de Claude Champier, habitant de Saint-Symphorien-sur-Coise. Camille-Charles Le Clerc de Fresne (1741-1797), y est mort. Pierre Geay (1845-1919), évêque, y est né. Antoine-Marie-Benoit Besson (1876–1969), général d’armée français de la Seconde Guerre mondiale, commandant du Groupe d’armées n° 3 lors de la bataille de France en 1940 y est né. Antoine Pinay (1891-1994), homme politique et homme d’État, plusieurs fois ministre, y est né et y a été enterré. Raymond Basset Mary (1908-1984), combattant de la Résistance, Compagnon de la Libération, mort à Chessy-les-Mines (Rhône) et inhumé à sa demande à Saint-Symphorien-sur-Coise[réf. nécessaire] Benoit Carteron (1908-1996), homme politique, y est né et mort. Thomas Gassilloud (1981-), homme politique français, y est né. Notes et références[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code] ↑ Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le 14 novembre 2020 en comité interministériel des ruralités. ↑ La notion d’aire d’attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l’ancienne notion d’aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l’Union européenne. ↑ Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021. Cartes[modifier | modifier le code] ↑ IGN, « Évolution comparée de l’occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 17 juillet 2023). Références[modifier | modifier le code] ↑ Guide pratique de la vie économique, sociale et culturelle de la commune de Saint-Symphorien-sur-Coise, Commission information du Conseil municipal. 2005 ↑ « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021). ↑ « Commune rurale – définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021). ↑ « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021). ↑ « Unité urbaine 2020 de Saint-Symphorien-sur-Coise », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021). ↑ « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, 21 octobre 2020 (consulté le 3 avril 2021). ↑ Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, 21 octobre 2020 (consulté le 3 avril 2021). ↑ « Liste des communes composant l’aire d’attraction de Lyon », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021). ↑ Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, 21 octobre 2020 (consulté le 3 avril 2021). ↑ « CORINE Land Cover (CLC) – Répartition des superficies en 15 postes d’occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 30 avril 2021) ↑ a b et c Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. ↑ sources J.M Roche, d’après Salomon les ch.hist.du Lyonnais & R. Fédou, une famille aux XIV et XVe siècle, les Jossard de Lyon. ↑ Section III de l’article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance ↑ « S.I. des eaux des Monts du Lyonnais et de la Basse vallée du Gier (N° SIREN : 256900507) », Fiche signalétique BANATIC, Ministère de l’intérieur – DGCL, 1er octobre 2018 (consulté le 3 novembre 2018). ↑ « Les maires de Saint-Symphorien-sur-Coise », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 3 novembre 2018). ↑ « Derniers vœux pour Roger Peillon », Le Pays,‎ 23 janvier 2014 (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018) « Pour le maire Roger Peillon, pour cinq de ses adjoints et une partie des conseillers, c’était la dernière puisqu’ils ne vont pas briguer de nouveau mandat lors des prochaines municipales ». ↑ « Thomas Gassilloud à la tête du conseil », Le Pays,‎ 3 avril 2014 (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018) « À l’issue des différents votes, a été élu premier magistrat Thomas Gassilloud avec 18 voix. Bruno Thiollier, lui aussi candidat obtenait cinq voix ». ↑ « Élu dimanche député de la 10e circonscription du Rhône, Thomas Gassilloud n’a pas fait durer le suspense longtemps », LyonMag.com,‎ 20 juin 2017 (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2017). ↑ « Thomas Gassilloud, président de Wibox, est maintenant député ! », sur https://lafibre.info, 8 juillet 2017 (consulté le 2 octobre 2017). ↑ « Thomas Gassilloud, élu président du syndicat des eaux : Mercredi dernier, les 142 délégués des 73 communes membres du Syndicat intercommunal des eaux des Monts du Lyonnais et de la basse vallée du Gier (Siemly) étaient appelés à élire leur nouveau président. Dès le 1er tour, Thomas Gassilloud a été élu face à Bernard Chaverot. Il aura la responsabilité de garantir la ressource en eau de 75 communes du Rhône et de la Loire. Rencontre », Le Progrès,‎ 24 janvier 2017 (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2018). ↑ « Jérôme Banino, nouveau maire de la cité pelaude », L’Essor Rhône, édition Monts du Lyonnais,‎ 27 juillet 2017 (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2017) « Lundi 17 juillet, les élus du conseil municipal votaient pour élire un nouveau maire pour Saint-Symphorien-sur-Coise. Jérôme Banino a été élu par 22 voix et 1 bulletin blanc (…) Baignant dans la politique locale depuis son plus jeune âge, son papa est également maire et conseiller départementa ». ↑ « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014). ↑ L’organisation du recensement, sur insee.fr. ↑ Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr. ↑ Fiches Insee – Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021. ↑ Groupe de recherche sur l’histoire et le patrimoine de la région de Saint-Symphorien-sur-Coise, Histoire des écoles de Saint-Symphorien-sur-Coise du XIIIe siècle à nos jours, novembre 2014, p.4-7. ↑ Claudius Roux, Le monastère des Ursulines de Saint-Symphorien-le-Château en Lyonnais, Lyon : Audin et cie, 1924. ↑ « Accueil – Groupe scolaire Champagnat », sur champagnat-stsymphorien.eu (consulté le 12 avril 2023). ↑ Sur la vie dans les classes du collège et du lycée Champagnat, cf. Gilles Jacoud, Gillou – Une enfance dans les monts du Lyonnais, chapitres « En sixième à Saint-Symphorien », « Dans les classes de cycle long », « Au clos Gonon » et « Prolongation au clos », Craponne : Éditions Les Passionnés de bouquins, 2021, p. 147-212. ↑ Gestibase / www.isites.fr, « Lycée d’Enseignement Agricole Privé (L.E.A.P.) Jean Monnet », sur Lycée Jean Monnet (consulté le 12 avril 2023). ↑ « Le site des formations par alternance des MFR », sur mfr-valdecoise.asso.fr (consulté le 12 avril 2023). ↑ « Trois jours de festivités avec A la croisée des chap’ », sur Le Progrès, 2015 (consulté le 20 mai 2020). ↑ Alexandra Marie, « liquidation judiciaire confirmée », france 3 régions,‎ 21 novembre 2018. ↑ Voir guide Les “Plus Beaux Détours” de France 2007 à 2012[réf. incomplète]. ↑ Notice no PA00118060, base Mérimée, ministère français de la Culture. ↑ « Une église à la personnalité du cardinal Girard », Histoire de la construction de la collégiale, sur http://saint-symphorien-sur-coise.mairies69.net (consulté le 21 octobre 2012). ↑ « Les remparts », La vieille ville, sur http://saint-symphorien-sur-coise.mairies69.net (consulté le 21 octobre 2012). ↑ Notice no PA00118061, base Mérimée, ministère français de la Culture. ↑ « La place de la Bouterie », La vieille ville, sur http://saint-symphorien-sur-coise.mairies69.net (consulté le 21 octobre 2012). Voir aussi[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Saint-Symphorien-sur-Coise, sur Wikimedia Commons Article connexe[modifier | modifier le code] Liste des communes du Rhône Liens externes[modifier | modifier le code] Site officiel Ressources relatives à la géographie : Insee (communes) Ldh/EHESS/Cassini Ressource relative à plusieurs domaines : Annuaire du service public français Ressource relative aux organisations : SIREN Notices d’autorité : VIAF BnF (données) v · mCommunauté de communes des Monts du Lyonnais Aveize Brullioles Brussieu Chambost-Longessaigne La Chapelle-sur-Coise Châtelus Chevrières Coise Duerne Grammond Grézieu-le-Marché Les Halles Haute-Rivoire Larajasse Maringes Meys Longessaigne Montromant Montrottier Pomeys Sainte-Catherine Saint-Clément-les-Places Saint-Denis-sur-Coise Saint-Genis-l’Argentière Saint-Laurent-de-Chamousset Saint-Martin-en-Haut Saint-Symphorien-sur-Coise Sainte-Foy-l’Argentière Souzy Villechenève Viricelles Virigneux Portail des communes de France Portail du département du Rhône Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Saint-Symphorien-sur-Coise&oldid=208897361 ». Catégories : Saint-Symphorien-sur-CoiseCommune dans le département du RhôneAire d’attraction de LyonVilles et villages fleurisCatégories cachées : Article avec géopolygonePage utilisant une frise chronologiqueArticle manquant de références depuis septembre 2010Article manquant de références/Liste complètePage avec coordonnées similaires sur WikidataArticle géolocalisé en FranceArticle utilisant une InfoboxArticle géolocalisé sur TerreArticle avec modèle Infobox Commune de FranceArticle avec une section vide ou incomplèteArticle manquant de références depuis janvier 2013Article avec module Population de FranceArticle à référence nécessaireCatégorie Commons avec lien local identique sur WikidataPage utilisant P856Page utilisant P374Page utilisant P8422Page pointant vers des bases externesPage pointant vers des bases relatives à la géographiePage utilisant P6671Page pointant vers des bases relatives à plusieurs domainesPage utilisant P1616Page pointant vers des bases relatives aux organisationsArticle utilisant le modèle Dictionnaires inactifArticle de Wikipédia avec notice d’autoritéPortail:Communes de France/Articles liésPortail:France/Articles liésPortail:Europe/Articles liésPortail:Département du Rhône/Articles liésPortail:Auvergne-Rhône-Alpes/Articles liésPage avec des cartes La dernière modification de cette page a été faite le 21 octobre 2023 à 18:56. Droit d’auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence. Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Contact Code de conduite Développeurs Statistiques Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile Activer ou désactiver la limitation de largeur du contenu

Leave a Comment