D+ for care scandale

D+ For Care scandale: découvrez mieux les conditions de travail des start-ups Rechercher : ACCUEIL BUSINESS DIGITAL EMPLOI MARKETING JURIDIQUE FINANCE TECH IMMOBILIER VIE PRO Accueil A LA UNE D+ For Care scandale : que savoir sur cette nouvelle polémique ? A LA UNE BUSINESS D+ For Care scandale : que savoir sur cette nouvelle polémique ? Publié le 21 août 2023 0 Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Un scandale vient d’éclater dans le milieu de l’entrepreneuriat en France. Il concerne la start-up D+ For Care. En effet, sa fondatrice et CEO, Claire Despagne a donné une interview dans laquelle elle affirme qu’il était difficile de trouver des stagiaires. Selon elle, ces derniers doivent faire plus de 35 heures de travail par semaine. La vidéo de cet entretien a été publiée sur YouTube. Même si l’extrait de l’interview a été supprimé par la suite, plusieurs internautes l’ont enregistré. Les détails de ce scandale qui défait la chronique dans cet article. Sommaire ToggleLes détails de la polémique Claire DespagneQue nous révèlent les déclarations de Claire Despagne sur les conditions de travail en start-up ?Quelles sont les répercussions de ce scandale sur sa start-up ?Que savoir sur le collectif « Balance Ta Start-up » ?Faut-il qualifier Claire Despagne de manager agressive et tyranne ? Les détails de la polémique Claire Despagne La vidéo publiée et supprimée de YouTube représente un extrait d’un entretien accordé à Claire Despagne dans le podcast Liberté d’Entreprendre. Ce dernier est animé par Céline Amaury, directrice du groupe Prunay, et Stanislas de Capèle, fondateur de Quatorzième mois. Dans cette vidéo, on entend la voix de l’entrepreneure et fondatrice de D+ For Care s’offusquer de ne plus pouvoir recruter des stagiaires. Elle ajoute qu’il est insensé d’engager des alternants, car les diplômés d’école de commerce exigent des salaires trop élevés. Elle ajoute : « ce phénomène concerne aussi les diplômés de la business school EDHEC ». Dans cet extrait vidéo, on entend la créatrice de cette marque de compléments alimentaires naturels expliquer ses difficultés à trouver des stagiaires. La raison ? Des établissements qui lui diraient : « Si j’apprends que mon apprenant dépasse 35 heures de travail par semaine, je lui interdirai de continuer à travailler pour vous ». Pour elle, ce genre de mise en garde ne profite pas aux futurs stagiaires pour qui il sera difficile de se faire engager dans une start-up. Elle ajoute ensuite : « Dans le milieu professionnel dans lequel je suis, si je ne bosse pas 80 heures par semaine, il y a peu de chance que je réussisse à avoir un appartement, une résidence secondaire et une autre si possible. » Il est important de préciser que tous les diplômés des Grandes Écoles n’ont pas les mêmes ambitions que Claire Despagne. Par exemple, tous les entrepreneurs lambdas et les salariés ne souhaitent pas avoir une résidence secondaire. Pour la majorité, l’enrichissement est moins capital que le fait d’apporter sa pierre à l’édifice d’une société plus juste. Pour preuve, une enquête insertion de la Conférence des Grandes Écoles a révélé que la rémunération occupe la 5e position des préoccupations des étudiants de business schools. Toutefois, Claire Despagne a fait une nuance très importante qu’il convient de mentionner ici. Pour elle, le marché du travail et le monde actuel deviennent de plus en plus exigeants. Elle affirme que les années 80 et 90 offraient plus de chance aux diplômés. À cette époque, il suffisait d’être diplômé d’une « école de commerce moyenne » et avoir un peu d’intelligence pour créer sa start-up, sa PME et être propriétaire. Depuis ces déclarations, les internautes se sont lâchés sur le réseau social à l’oiseau bleu. Cette polémique enregistre plus de 16 000 tweets. Ils ont aussi réagi sur la page Google de la start-up pour exprimer leur mécontentement. Ce scandale a fait baisser drastiquement la note de D+ For Care sur la page. Elle est actuellement à 1,1/5. Malheureusement, cette polémique a dépassé les murs des réseaux sociaux. Une source proche de la fondatrice de D+ For Care a indiqué au Figaro qu’elle a reçu des « menaces physiques sur elle, sa famille et ses collaborateurs ». Elle a expliqué qu’elle prend actuellement des mesures pour garantir la sécurité de tout le monde et contenir la violence démesurée. Que nous révèlent les déclarations de Claire Despagne sur les conditions de travail en start-up ? Ces déclarations de Claire Despagne mettent en lumière les conditions de travail dans de nombreuses start-ups. Elles égratignent surtout l’image des chefs d’entreprises. Elles donnent l’impression qu’ils pensent plus au gain, aux intérêts et à la possession de biens matériels qu’au but même de leur entreprise. Par ailleurs, le compte Instagram Balance Ta Start-up avait déjà mis en avant la problématique soulignée par Claire Despagne. Ce collectif a publié les témoignages des salariés de start-ups qui dénoncent les conditions de travail dans leur société. Il a aussi souligné un autre problème différent de celui souligné par la CEO de D+ For Care. Cette problématique concerne les plaintes des salariés au moment de la phase importante du scale-up. Il s’agit de l’étape où les start-ups atteignent un nouveau cap et engagent de nouveaux collaborateurs. À cette phase, elles accordent parfois moins d’importance au management ou à l’intégration. Il est important de préciser que les propos de Claire Despagne et du collectif Balance Ta Start-up ne concerne pas toutes les start-ups. Plusieurs d’entre elles accordent une grande importance à la qualité de vie et à l’ambiance au travail. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la majorité des diplômés de Grandes Écoles préfèrent commencer leur carrière professionnelle dans ce milieu. Quelles sont les répercussions de ce scandale sur sa start-up ? Cette polémique n’a pas que fait chuter la note de la start-up sur Google. Elle a eu un impact énorme sur son image. Il semblerait même que les community managers de D+ For Care ont beaucoup travaillé pour supprimer les commentaires et les avis négatifs publiés sur la page Instagram de l’entreprise. Actuellement, les internautes ne peuvent plus donner leur avis sur les posts de la marque sur son compte Instagram. Malgré ces mesures, les internautes contre-attaquent avec l’emoji « en colère ». Toutefois, les collaborateurs de Claire Despagne ne peuvent réussir à éteindre l’incendie qui s’est enflammé sur Twitter. Depuis quelques jours, plusieurs utilisateurs se sont insurgés et moqués de cette interview. Cette dernière a été supprimée par YouTube. Les milliers de réactions des internautes montrent que l’avis de la fondatrice de cette marque de compléments alimentaires naturels ne correspond pas aux attentes des étudiants ni de l’Inspection du Travail. Il n’y a pas de doute actuellement que les ventes de la start-up soient fortement affectées par cette polémique. Que savoir sur le collectif « Balance Ta Start-up » ? La polémique Claire Despagne est un véritable bad buzz. Ces propos ont été largement partagés sur les réseaux sociaux. Les mots les plus utilisés pour qualifier ses déclarations sont : #esclavage, #précarité #exploitation et #bullshit. Il faut préciser que ce scandale n’est pas isolé puisque depuis quelques années les start-ups sont épinglées. Le compte Instagram Balance Ta Start-up a contribué à voir réellement l’image de ces jeunes pousses qui mettent en avant une vie agréable en start-up. Derrière ce voile se cachent les abus et les dérives managériales. En 2017, Mathilde Ramadier dénonçait les mauvaises conditions de travail dans ces entreprises dans son livre intitulé « Bienvenu dans le nouveau monde. Comment ai-je survécu à la coolitude des start-ups » ? En janvier 2021, le collectif Balance Ta Start-up avait relayé des témoignages d’anciens stagiaires et travailleurs sur leur condition de travail. Ceux-ci ont évoqué du « harcèlement moral » dans la structure Lou. Yetu. Il s’agit d’une entreprise spécialisée dans la vente de bijoux made in France. Indignés, les internautes avaient appelé au boycott de l’enseigne. Faut-il qualifier Claire Despagne de manager agressive et tyranne ? Cette question est légitime. La raison ? Claire Despagne a utilisé des termes assez violents pour décrire sa personnalité et son management : « déployer toute son agressivité ». Après ce scandale, le compte Instagram Balance ton Agency a enregistré plusieurs témoignages. Précisions qu’il est actuellement difficile de prouver la véracité de ces commentaires. Toutefois, ils semblent crédibles puisqu’ils proviennent de différentes personnes proches de Claire Despagne. Les propos de la fondatrice de D+ For Care dans le podcast Liberté d’Entreprendre ont véritablement marqué les esprits. Elle indique « J’ai toujours voulu avoir une grande tour d’immeuble en verre, avec de nombreux collaborateurs, un avion portant mon nom sur le côté. J’étais despote depuis ma tendre jeunesse ». Un ancien employé de l’enseigne a publié sur le mur de Balance ton Agency ce qui suit : « Je vous écrit, car j’ai été alternante pour la marque et en raison des conditions de travail difficiles, j’ai démissionné après 3 semaines de travail ». Il ne s’agit pas du seul message à décrire les abus managériaux de D+ For Care. Balance ton Agency a également d’autres témoignages de partenaires de la marque. Le premier était une agence qui a écrit : « J’ai travaillé pour la CEO de D+ For Care pour mon ancienne agence. Elle était très mauvaise. Elle nous écrivait tous les jours, y compris les soirs et les week-ends. Elle nous regardait de haut. Elle a même fait pleurer l’une des cheffes de projet qui travaillait sur le dossier. ». Un prestataire photo a également donné son témoignage en ces termes : « Je me permets de vous écrire, surtout en ce qui concerne le sort réservé aux prestataires de la CEO Claire. Elle est simplement horrible avec les équipes. Elle leur parle très mal, et ceci devant tout le monde. Elle méprise tout le travail des créateurs d’images. Elle dénigre totalement leur travail. Un jour, elle s’est même permise de déchirer un set design devant tous les collaborateurs, réalisé par un set designer. Elle utilisait les remarques du genre : “J’ai payé un set designer ou pas ?”… » Alexandre HounpkeviRédacteur web depuis de nombreuses années, je suis avant tout un passionné du monde de l’entreprenariat. Je dispose de bonnes connaissances SEO, et mets mes compétences rédactionnelles au service de sujets B2B d’actualité et pertinents. Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Article précédent Minimum Viable Product (MVP) : présentation complète et importance Article suivant Zone de chalandise : comment la réaliser ? Quelle est son importance ? A lire aussi Aussi dans la catégorie A LA UNE L’avenir du e-commerce : pourquoi http://caast.tv est un incontournable ? L’e-commerce devient de plus en plus la manière la plus apprécié… 29 décembre 2023 Comment l’économie verte influence les entreprises : Conseils pour une transition réussie Bienvenue à notre article sur la façon dont l’économie verte in… 29 décembre 2023 Boostez vos ventes : Stratégies infaillibles pour les petites entreprises Vous avez une petite entreprise et vous voulez faire décoller vos ventes? Pas de so… 29 décembre 2023 10 erreurs à éviter absolument lors de la création de votre boutique en ligne Créer votre propre boutique en ligne, c’est passionnant, mais cela peut aussi… 29 décembre 2023 Intraparis : guide pas à pas pour faciliter votre connexion IntraParis, c’est le nom qu’a choisi le maire de la métropole pour la n… 29 décembre 2023 Jedeclare.com : guide complet pour maîtriser cette plateforme fiscale française Grâce à Jedeclare.com, les experts comptables et les entreprises ont maintena… 29 décembre 2023 A VOIR AUSSI L’impact de la mondialisation sur les entreprises : stratégies et conseils pour prospérer dans l’économie mondiale À l’ère de la mondialisation, les entreprises sont confrontées … A LIRE AUSSI L’impact de la mondialisation sur les entreprises : stratégies et conseils pour prospérer dans l’économie mondiale Maximiser la productivité : comment la formation continue des employés influence la réussite des entreprises Le leadership transformationnel: comment inspirer le changement et la croissance dans les entreprises modernes 2024 : les tendances du e-commerce à suivre de près Le guide ultime du financement des start-ups : découvrez les options de financement disponibles pour lancer votre entreprise Comment une culture d’entreprise forte peut propulser votre entreprise vers le succès CADRES & DIRIGEANTS MAGAZINE Décryptons ensemble les clés du leadership et de la réussite entrepreneuriale Pages A propos Conditions générales Contact Mentions Légales Plan du site Politique de confidentialité Politique de cookies (UE) © Copyright cadresetdirigeants-magazine.com 2023 Gérer le consentement aux cookies Pour offrir les meilleures expériences, nous utilisons des technologies telles que les cookies pour stocker et/ou accéder aux informations des appareils. Le fait de consentir à ces technologies nous permettra de traiter des données telles que le comportement de navigation ou les ID uniques sur ce site. Le fait de ne pas consentir ou de retirer son consentement peut avoir un effet négatif sur certaines caractéristiques et fonctions. Fonctionnel Fonctionnel Toujours activé Le stockage ou l’accès technique est strictement nécessaire dans la finalité d’intérêt légitime de permettre l’utilisation d’un service spécifique explicitement demandé par l’abonné ou l’internaute, ou dans le seul but d’effectuer la transmission d’une communication sur un réseau de communications électroniques. Préférences Préférences Le stockage ou l’accès technique est nécessaire dans la finalité d’intérêt légitime de stocker des préférences qui ne sont pas demandées par l’abonné ou la personne utilisant le service. Statistiques Statistiques Le stockage ou l’accès technique qui est utilisé exclusivement à des fins statistiques. Le stockage ou l’accès technique qui est utilisé exclusivement dans des finalités statistiques anonymes. En l’absence d’une assignation à comparaître, d’une conformité volontaire de la part de votre fournisseur d’accès à internet ou d’enregistrements supplémentaires provenant d’une tierce partie, les informations stockées ou extraites à cette seule fin ne peuvent généralement pas être utilisées pour vous identifier. Marketing Marketing Le stockage ou l’accès technique est nécessaire pour créer des profils d’internautes afin d’envoyer des publicités, ou pour suivre l’internaute sur un site web ou sur plusieurs sites web ayant des finalités marketing similaires. Gérer les options Gérer les services Gérer {vendor_count} fournisseurs En savoir plus sur ces finalités Accepter Refuser Voir les préférences Enregistrer les préférences Voir les préférences {title} {title} {title} Gérer le consentement Go to mobile version Claire Despagne, la fondatrice de D+ For Care, au cœur d’une polémique sur le temps de travail Aller au contenu Menu Abonnez-vous 0,99€ le premier moisRechercherNotre applicationSoyez alerté en temps réelavec l’application Le FigaroRubriques et services du FigaroGuerre en UkrainePolitiqueInternationalSociétéVoxÉconomieSportCultureVoyageStyleMadameVinLe FigaroRubriques et services du FigaroLe Figaro LiveLe Figaro MagazineLa VérificationLe Figaro ÉtudiantFaits diversSantéSciencesFig DataTech et webBourseLe Figaro ImmobilierEmploiArt de vivreAutomobileLangue françaiseGolfHistoireTVMagProgramme TVMaison et JardinLe FigaroscopeCarnet du jourGuide achatServicesBilletteriePodcastsLa question du jourLe Figaro StoreLes Voyages FA savoir en FranceNos journaux et magazinesLes sites du Groupe FigaroSe connecterFermer le panneauOuvrir le panneauMon compte Mon espace personnelMes newslettersMes commentairesS’abonnerAide et contactSe déconnecterLire le journal Abonnez-vous 0,99€ le premier mois ÉconomieEntreprisesConso EntrepreneursDécideursBourseMédiasTechEmploiImmobilier Finances persoEconomieConjonctureSocialLe Scan écoDemainDéveloppement durableSociétéEducationEnvironnementSantéEnergieS’installer au CanadaTravaillerÉtudierVivrePartenairesItinéraire entrepriseLe rendez-vous des PMECristaline, l’engagement de la circularitéRegards de DirigeantsBig Bang du FigaroBig Bang SantéBig Bang EcoBig Bang VinEntrepreneursL’actualité des TPE, PMI, ETIVie de bureauAnnuaire entreprisesFranchiseLes victoires de la croissancePartenairesCahier Partner – Solutions entreprisesFinances persoAssuranceImpôtsPlacementArgentRetraiteFinance responsablePartenairesHebdo de la FinanceSimplifiez-vous l’épargne et la retraite Publicité Accueil Économie Social Claire Despagne, la fondatrice de D+ For Care, au cœur d’une polémique sur le temps de travail Par Laetitia Lienhard Publié le 10/05/2022 à 18:54, Mis à jour le 12/05/2022 à 10:25 Copier le lien Lien copié Mail Facebook Twitter Linkedin Messenger WhatsApp Écouter cet article 00:00/00:00 Les internautes se sont tournés vers la page Google de l’entreprise pour y laisser de nombreuses critiques. La note de D+ For Care atteint à présent une note de 1,1/5. Crédit : AdobeStock Dans un podcast, l’entrepreneuse s’est emportée contre le temps de travail des stagiaires, à savoir 35 heures. Une prise de parole qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes. Ce qui devait être une simple interview a viré au cauchemar pour l’entrepreneuse Claire Despagne, qui a créé D+ For Care en 2018. Dans le podcast «Liberté d’entreprendre», animé par Céline Amaury, directrice du groupe Prunay, et Stanislas de Capèle, fondateur de Quatorzième mois, la créatrice de cette marque de compléments alimentaires naturels, n’a pas mâché ses mots. À lire aussiStart-up: jeu de massacre sur Instagram À la fin de l’entretien qui dure plus de 30 minutes, l’entrepreneuse est interrogée sur la problématique du recrutement. «Le recrutement, c’est épouvantable en ce moment. On se demande où sont les stagiaires. (…) Aujourd’hui, je ne veux pas d’alternants. On ne trouve que ça», a-t-elle martelé. À titre d’information, 718.000 contrats d’apprentissage ont été signés en 2021, soit une hausse spectaculaire de 37%, après déjà 42% l’année précédente, selon les chiffres du ministère du Travail. Mais c’est surtout son regard sur le temps de travail qui a fait réagir les internautes, principalement sur Twitter. Claire Despagne s’est en effet agacée des mises en garde de certains établissements scolaires. «Nous avons des écoles [NDLR : de commerce] qui nous disent «si j’apprends que mon stagiaire fait plus de 35 heures par semaine, je lui ferai arrêter son stage.» «Ça va être dur pour votre stagiaire derrière de trouver du boulot et de s’acheter un appartement», a-t-elle rétorqué, avant d’ajouter «moi dans le monde dans lequel je vis, si je ne travaille pas 80 heures par semaine, il y a très peu de chances que j’ai mon appartement, une résidence secondaire et peut être une autre après.» Depuis, les critiques n’ont cessé de fuser sur le réseau social à l’oiseau bleu, recensant plus de 16.000 tweets à ce sujet. Les internautes se sont également tournés vers la page Google de l’entreprise pour y laisser de nombreuses critiques. «Prend ses stagiaires pour des moins que rien. Son attitude et ses propos sont honteux. Cela ne doit pas exister, nous ne cautionnons pas», est-il par exemple écrit. La note de D+ For Care atteint à présent une note de 1,1/5. À lire aussiFintech, e-commerce, santé… Quelles sont les 25 licornes françaises ? Mais c’est une polémique qui semble dépasser les murs d’internet. Une source proche de Claire Despagne a indiqué au Figaro que l’entrepreneuse avait reçu des «menaces physiques sur elle, sa famille, les membres de l’équipe». «Les efforts sont concentrés sur le fait de garantir la sécurité de tout le monde et contenir la violence démesurée à court terme», a-t-elle expliqué. À VOIR AUSSI – Maya Noël : «Pour recruter, les start-up font souvent du bricolage» La rédaction vous conseille «J’avais besoin d’une plus grande liberté» : ces salariés qui ont quitté leur poste pour créer leur entreprise L’entrepreneuriat séduit de plus en plus de jeunes Sujets temps de travail Twitter Publicité Claire Despagne, la fondatrice de D+ For Care, au cœur d’une polémique sur le temps de travail S’ABONNER Fermer Partager 80 Partager via : Mail Facebook Twitter WhatsApp Copier le lien Lien copié Messenger 47 commentaires Plus d’options Imprimer l’article Signaler une faute d’orthographe S’abonner 47 commentaires Anonyme le 13/05/2022 à 19:49 En creux, l’idée qu’en travaillant (démesurément) plus on gagnera forcément plus. La réalité est tout autre, pour un salarié et plus encore surtout pour un stagiaire! Les stagiaires de bonne volonté sont souvent prêts à s’investir, comprenant qu’ils sèment pour l’avenir (meilleure employabilité, possibilite d’embauche en fin de stage). Mettre en parallèle, l’effort au travail et la capacité à se construire un patrimoine immobilier (avant l’ épanouissement au travail et la création de valeur) est à la fois illusoire et ridicule. C’est une vision de la réussite hors de portée des plus motivés. Il serait d’ailleurs intéressant de voir le niveau des rémunérations et le turnover dans son entreprise.L’opération de communication bien hasardeuse lui vaudra à coup sûr une inspection du travail. Pour la suite, quel sera l’impact de ses déclarations sur ses recrutements à venir? Et in fine sur ses ventes de produits censés “faire du bien de l’intérieur”? Anonyme le 11/05/2022 à 21:03 Elle ne doit pas être bien efficace… Il serait temps qu’elle vende avant que l’entreprise en coule ! Fred No le 11/05/2022 à 20:20 Tout mon soutien à cette femme courageuse et travailleuse.Si elle effectue bien 80/sem Lire les 47 commentaires À lire aussi Création de France Travail : ce qui va changer pour les demandeurs d’emploi Ce lundi 1er janvier, Pôle emploi disparaîtra définitivement pour laisser la place à une nouvelle entité. Avec, à la clé, quelques changements. Etsy : les travailleurs indépendants de la plateforme créent leur «syndicat» La plateforme américaine Etsy, spécialisée dans la vente d’objets fait main et vintage, fait face à la fronde de ses vendeurs indépendants. Faute de pouvoir acheter, les Espagnols se rabattent sur la location, trop chère et trop rareREPORTAGE – Entre gentrification et locations Airbnb, l’augmentation spectaculaire des loyers frappe de plein fouet les habitants de Madrid. Plus de servicesL’actualité à ne pas manquerRésultats des électionsCovid-19Guerre en UkraineTension Iran-Etats UnisCorée-Du-NordActualité politique en temps réelAnalyses, débats politiques et sociétauxActualité et réseaux sociauxProgramme TVCe soir TVProgramme TV en ce momentProgramme TV TNTSéries Netflix, HBO, OCS et TVElection et photos Miss France 2024Programme TV CanalsatProgramme TV FreeProgramme TV SFRActu peopleSportCalendriers et résultats des matchs en directCoupe du monde de rugby 2023Jeux olympiquesActualité cyclismeRésultats, classement général Tour De FranceQualifications Euro 2024Classement Ligue 1Classement Top 14Transferts footballCoupe du monde 2022Ballon d’Or France FootballMadameHoroscope du jourGuide du mariageRecettes de cuisineBrigitte MacronActu modeApéritif dînatoireRecette pâte à crêpeTendance bijouxMeghan MarkleGainer son corpsSantéFiches et guides des médicamentsAstuces et conseils bien-êtreSanté et sexualitéIndex des maladiesConseils alimentation, nutrition et santéL’encyclopédie des organesConseils en psychologieLa pollution va t-elle nous tuer ?Apnée du sommeil : Comment mieux dormir ?15 mythes sur les vertus des alimentsGuide d’achatGuide d’achat maison et jardinGuide d’achat santé et beautéGuide d’achat high-techGuide d’achat smartphones et tablettesComment choisir le meilleur extracteur de jus ?Quelle est la meilleure montre connectée ?Quel est le meilleur home cinéma sans fil ?Comparatif semelle gelQuel épilateur électrique choisir ?Bons plansMeilleurs VPN de 2023Éducation et orientationRésultats BacRévisions du BacParcoursupAnnuaire des écoles de commerceLes entreprises qui recrutentTrouver un stageRésultats Brevet des collègesClassement des écoles de commerceTrouver une alternanceAgenda étudiant : JPO, salons…CultureSuccession de Johnny HallydaySorties cinémaGuide arts et expositionsActualité musicaleActualité jeux-vidéoCitations et proverbesRéservation de spectacles et théâtreSortir à ParisHistoire de FranceLangue françaiseCodes promos et réductionsCode promo WishCode promo CdiscountCode promo SheInCode promo eBayCode promo AliExpessCode promo DeliverooCode promo NikeCode promo SephoraCode promo ShowroompriveCode promo AsosOffres d’emploiToutes les offres d’emploiEmploi à ParisEmploi à LyonEmploi à ToulouseEmploi à NantesEmploi à BordeauxEmploi commercialEmploi contrôleur de gestionEmploi logistiqueEmploi communicationNos fiches métiersAnnonces immobilièresAnnonces immobilièresAchat appartement ParisAchat appartement NiceAchat appartement CannesAchat appartement BordeauxAchat appartement LyonAchat appartement Aix-en-provenceAchat maison BordeauxAchat maison MarseilleAchat maison MontpellierÉconomie argent et financesSimulateur de seuil de richesseActualité économique et analysesImpôts sur le revenu : simulateurPalmarès des villes où investir dans l’immobilierStudios et 2-pièces : les loyers ville par villeCalculer l’impôt à payerBarême des droits de succession et donationIndice de référence des loyers (IRL)En France, les hauts revenus sont-ils tous des «riches»?Carte familles nombreuses : jusqu’à 75 % de réduction sur les billets de trainVoyageGuide des croisièresGuide voyage JordanieGuide voyage NamibieGuide voyage MarocGuide voyage New YorkGuide voyage BirmanieGuide voyage LilleGuide voyage AntillesGuide voyage JaponGuide voyage AmsterdamLes magazines FigaroLe Figaro MagazineMadame FigaroLe FigaroLe Figaro Hors-SérieLe Figaro HistoireTV MagazineF, l’art de vivreFigaro ServicesSCPI de rendementChanger d’assurance de prêt immobilierLe Village de l’emploi avisAlarme maisonDemande de carte grise en ligneDéfinition du portage salarialStress et troubles du sommeilA savoir en FranceAnnonces légalesVinPrimeursComprendre le vinTops et sélectionsDomaines et vigneronsEconomie du vinFoire aux vinsMagazine du vinSpititueuxCocktails et mixologieTerroir et viticultureRésultats des élections par départementRésultats des élections Hauts-de-SeineRésultats des élections Seine-Saint-DenisRésultats des élections Val-de-MarneRésultats des élections Val-d’OiseRésultats des élections YvelinesRésultats des élections VarRésultats des élections Alpes-MaritimesRésultats des élections EssonneRésultats des élections NordRésultats des élections par régionRésultats des élections Auvergne-Rhône-AlpesRésultats des élections Bourgogne-Franche-ComtéRésultats des élections BretagneRésultats des élections Centre-Val de LoireRésultats des élections CorseRésultats des élections Grand EstRésultats des élections Hauts-de-FranceRésultats des élections Ile-de-FranceRésultats des élections NormandieRésultats des élections Nouvelle-AquitaineRésultats des élections OccitanieRésultats des élections Pays de la LoireRésultats des élections Provence-Alpes-Côte d’AzurRésultats des élections par villeRésultats des élections ParisRésultats des élections MarseilleRésultats des élections LyonRésultats des élections ToulouseRésultats des élections NiceRésultats des élections NantesRésultats des élections MontpellierRésultats des élections StrasbourgRésultats des élections BordeauxRésultats des élections LilleRésultats des élections RennesRésultats des élections ReimsRésultats des élections Saint-ÉtienneLe Figaro : Editions localesLe Figaro BordeauxLe Figaro LyonLe Figaro NantesLe Figaro NiceSuivez l’actu en temps réelavec l’application Le FigaroVous avez choisi de refuser les cookiesEt pourtant, la publicité personnalisée est un moyen de soutenir le travail de notre rédaction qui s’engage à vous proposer chaque jour une information de qualité. En acceptant les cookies, vous pourrez accéder aux contenus et fonctionnalités gratuites que propose notre site.À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.Accepter les cookiesouRefuser et s’abonner Nos liens utiles Nos applications mobiles Suivre Le Figaro sur Google Actu Le Figaro Bordeaux Le Figaro Lyon Le Figaro Marseille Le Figaro Nantes Le Figaro Nice Les vidéos Figaro Live Les podcasts du Figaro Les programmes TV Les résultats sportifs Carnet du jour Figaro StoreLe KiosqueLe FigaroLire ce numéroAbonnement Découvrez toutes les offres Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement Gérer votre abonnement Espace personnel Résilier votre abonnementApplications mobilesLe Figaro : iPhone | AndroidLe Figaro Jeux : iPhone | AndroidLe Kiosque Le Figaro : iPhone | AndroidLe Figaro Cuisine : iPhone | AndroidNos newslettersInscrivez-vous aux newslettersSuivez-nous sur :Paramétrer les cookiesPlan du siteConfidentialitéCGUCGVInfo cookiesCharteAide et contactMentions légalesAbonnementsNewsletterPublicitéSitemap La polémique autour de « D+ For Care », marque de compléments alimentaires | × CHEZ JANIS Beauté Calendriers de l’avent Makeup Soins Parfums Box Calendriers de l’avent Prescription Lab My Little Oh My Cream Gambettes Autres Musique Playlist à thème Playlist de Janis Playlist Insta Shopping Favoris Makeup Favoris Look Favoris Soins Favoris Déco PSYCHO En vrac Lifestyle Backstage Humeur Look Contact ABOUT Menu CHEZ JANIS Beauté Calendriers de l’avent Makeup Soins Parfums Box Calendriers de l’avent Prescription Lab My Little Oh My Cream Gambettes Autres Musique Playlist à thème Playlist de Janis Playlist Insta Shopping Favoris Makeup Favoris Look Favoris Soins Favoris Déco PSYCHO En vrac Lifestyle Backstage Humeur Look Contact × En vrac, Humeur La polémique autour de « D+ For Care », marque de compléments alimentaires 12/05/2022 Après ma mise au point sur les Zèbres, va pour un nouvel article ancré dans l’actualité. Le skincare à base de CBD, les culottes menstruelles, les compléments alimentaires, voilà le genre de marché qui ne connaît pas la crise. En manque d’inspiration pour créer votre start-up ? Piochez-donc dans le commerce mainstream (et accessoirement, ayez de bonnes relations à portée de main) et vous serez certains de tomber juste. Être innovant pour réussir ? Ringard ! Le respect ? Les valeurs ? De simples outils marketing. Rien de plus que l’assurance de se mettre le client dans la poche pour pouvoir remplir les siennes. Tous respectueux de l’environnement et pourtant, tous en train de reproduire encore et toujours de soit-disant « nouveaux » produits déjà présents sur le marché (à l’utilité et l’efficacité parfois douteuses) en contribuant à la sur-consommation. (Il s’agirait d’expliquer un jour à toutes ces jeunes marques clonées souhaitant protéger l’environnement que la meilleure façon d’y parvenir serait … de ne pas exister). Mais qu’importe. L’objectif n’est pas à la cohérence ou à la sincérité, l’objectif est à celui du chiffre. « Plus », encore et toujours « plus ». Voilà le let’motiv’ sensé tous nous animer. S’acheter 1, 2, 3 maisons, voire davantage, cumuler les comptes en banque, écraser son prochain pour mieux se sentir exister… C’est dans ce contexte qu’une polémique vient tout juste d’éclater. . … ▼ D+ For Care et son amour des stagiaires D+ For Care, énième marque de compléments alimentaires (toi-même tu sais) revendiquant « une approche holistique et globale de la beauté et du bien-être ». (« Le bien-être », ah ah ah … JE ME MARRE !) ; la marque donc, s’est faite remarquer par les propos de sa créatrice dans le podcast « Liberté d’Entreprendre » (La vidéo complète correspondante ayant vite été retirée de YouTube). Claire Despagne nous exprime à partir de la 26ème minute d’une interview complètement lunaire, sa difficulté à trouver des stagiaires et s’indigne qu’ils ne souhaitent pas travailler au-delà de 35h. (C’est dégueulasse ! Tous ces jeunes qui exigent le bien-être – holistique ? ^^ – et ne veulent pas se sentir exploités, mais quelle honte ! Se faire respecter !? So « never-been » !). Ah ben oui mais quand on veut gagner au Monopoly (sans perdre 20 000 Francs et sans passer par la case prison), il faut savoir donner de sa personne. Ou plutôt savoir donner de celle des autres ! On n’a rien sans rien eux ! « Nous on a des écoles qui nous disent, et j’ai pas honte de le dire et je peux le dire face caméra, si j’apprends que votre stagiaire fait plus que 35 heures par semaine, je le ferai arrêter votre stage. Ouais, ben ça va être dur pour votre stagiaire derrière […] ». Tout en enchaînant sur les heures de travail souhaitées pour pouvoir réussir dans la vie. « Dans le monde dans lequel je vis, si j’travaille pas 80 heures par semaine, il y a très peu de chances que j’ai mon appartement et une résidence secondaire et peut-être une autre après. » Insinuant donc qu’un stagiaire se devrait de travailler bien plus de 35 heures par semaine. J’en profite pour rappeler qu’un code du travail existe (au cas où ça aurait échappé à quelqu’un) et que la loi s’applique à tous, sans exception. Je glisse également au passage qu’un stagiaire n’a pas pour vocation d’être un salarié déguisé, avec les mêmes missions mais pour une paie dérisoire (quand il est payé) ; mais bel et bien un étudiant (le plus souvent) dont le but est d’apprendre. Allez, on répète ensemble : A-PPRENDRE ! Sans compter que _ quel intérêt de s’investir démesurément dans une start-up qui ne nous appartient pas et qui, si j’en crois les nombreux témoignages s’accumulant sur la toile, ne ménage pas ses employés à bas prix ? Que la CEO se donne corps et âme pour ce qu’elle a créé, cela va de soi. Encore heureux ! Mais le stagiaire qui n’est souvent là que de passage, payé moindrement, quand il l’est, n’ayant parfois aucune reconnaissance/aucune considération, et dont le but premier est bien souvent de valider son année ne l’oublions pas, il serait insensé d’exiger de lui qu’il ait la même dévotion que la personne à la tête de son business. . … ▼ À la recherche d’une réputation perdue Suite à ce récent scandale visant la marque « de luxe » (il existe donc des pilules anti-dépression … de luxe ? Les pharmaciens en PLS ! 😂), une chasse à la bonne réputation s’affaire. (Soit dit en passant, si vous souhaitez prendre des compléments alimentaires, allez donc en pharmacie que diable ! De la B6/B12, du magniésium, du Ginseng appelé aussi « Ashwagandha » si on veut s’la raconter en famille pour Noël … toutes ces compositions n’ont rien d’exceptionnel, rien de « luxueux » -LOL- et sont accessibles à 7€ le flacon. J’glisse l’astuce économique là, l’air de rien. C’est cadeau 😉). Mais revenons-en à cette chasse à la bonne réputation. Pour y parvenir, un seul mot d’ordre : SU-PPRI-MER !!! « Tu m’entends Corine ? Vire-moi toute cette merde d’internet ! Que ton stage me serve au moins à quelque chose ! ». Et va que j’te « pomme Z » les avis négatifs sur insta, sur FaceBook, sur Google (passant d’une note de 1,1/5 avec plusieurs milliers d’avis négatifs, à une note de 3,9/5 pour 67 avis majoritairement positifs, en 24h seulement). Good Job les stagiaires D+ For Care ! 80h de taf en 1 journée. Ça c’est ce que j’appelle de l’efficacité. (Et c’est une nouvelle remontada, puisqu’on me dit dans l’oreillette que D+ For Care affiche désormais – en date du 17/05/2022 – la note de 4.7/5 pour 49 avis seulement ! Superbe remontée à coup de tacles en cascade pour les mécontents.) … Efficacité aussi lorsque le même personnel de Claire Despagne s’atèle à bonifier la réputation des petites gélules en postant de l’éloge pipée à l’aide de comptes perso’. Le cheat D+ for care, pire que Counter-Strike. 😂 … TripAdvisor en revanche, conserve pour le moment sa note de 1,7/5 (plus difficile de faire supprimer les commentaires qui piquent ?). Plusieurs offres d’emploi ont elles aussi, été supprimées dans la foulée. (C’est pas dans le complément alimentaire que Dame Despagne aurait dû se lancer. C’est dans le ménage à domicile). Lundi encore, la start-up créée en 2017 dénombrait pas moins de 11 offres de stage pour 2CDD et 1CDI (avec un total de 22 collaborateurs travaillant dans cette start-up). La magie « pomme Z » ayant là encore opéré, ce chiffre a évidemment changé au profit de 4 offres de stage seulement pour 5CDI et 1CDD actuellement. Clap clap l’équipe d’esclaves D+ For Care ! Mais Internet étant ce qu’il est, les anciennes offres sont encore visibles et répertoriées ici, grâce à la WayBack Machine. Rien ne se perd, rien ne s’efface, tout s’archive ! Comme chacun sait, il est aujourd’hui plus facile de renommer un livre que de supprimer une information des méandres d’internet. À l’ère des captures d’écran, la cancel culture virtuelle n’existe pas. Et vouloir aller contre, c’est tout bonnement perdre son temps. Voici donc ci-dessous l’extrait d’une offre de stage supprimée, avec un descriptif de poste que je qualifierais … d’ambitieux (mais libre à vous d’y répondre si vous êtes « passionnés par les compléments alimentaires » ! ). Mme Despagne s’interroge quant à sa difficulté à trouver des stagiaires ? Étrangement, je pense que bien des personnes comprennent, assez facilement d’ailleurs, pourquoi cette tâche lui est si rude. L’on peut éternellement se plaindre et imputer la faute à l’autre (la société, les jeunes, tout ce qu’ils nous envoient dans le ciel, tout ça toussa …) ; mais lorsqu’elle nous incombe, ne pas se remettre en question nous condamne inévitablement à rendre le problème persistant. . … ▼ Une époque révolue Non contente d’exprimer –sa– réalité et –son– opinion concernant les heures de travail et les stagiaires, Claire Despagne a poursuivi en expliquant : « Si vous étiez pas trop débiles vous aviez une belle start-up, une belle PME ». « Si vous n’étiez pas trop débiles » … Autant d’arrogance et de mépris en une seule phrase, ça relève presque de la performance artistique. J’ajoute qu’il est toujours plus aisé de donner des leçons lorsqu’on a déjà toutes les cartes en main. Je vous laisse juger du réseau de la dame juste en-dessous : Suivi de : « Les gens viennent se former chez moi. […]. Avant de se demander ce que je peux faire pour eux, j’aimerais qu’ils se demandent ce qu’ils peuvent faire pour moi. » Première chose rassurante, Madame Despagne est au courant que les jeunes viennent se former chez elle. Tout n’est pas perdu … 😉 . Elle est donc au courant qu’un stagiaire a pour objectif d’apprendre et non d’effectuer des missions à responsabilités, telles celles qu’effectuerait un salarié. Ce qui sous-entend, pas d’heures sup’ à répétition de la part du stagiaire, pas de burn-out en perspective, pas de responsabilités démesurées … bref, la base quoi. La deuxième partie de son intervention est quant à elle, tout à son image. Les stagiaires/salariés, doivent se demander ce qu’ils peuvent faire pour elle. (« Me, myself and I » ! Égo-trip enclenché ! On comprend mieux pourquoi la créatrice de la marque est en photo absolument PARTOUT sur son site D+ For Care. Même Nabilla n’en fait pas autant pour sa marque de makeup. C’est dire …). Et c’est là que le fossé se creuse entre les générations. Il fut un temps où le salarié était prêt à accepter énormément de choses, y compris parfois des conditions de travail infectes voire dégradantes. (Et les histoires de harcèlement en tout genre ne font que le démontrer). Mais les temps changent et les priorités aussi. Il faudrait être aveugle pour ne pas le remarquer. (TikTok en est le parfait reflet. cf : la vidéo ci-dessous). Pendant que la réussite se matérialise par le chiffre pour certains, elle se concrétise par les expériences de vie pour d’autres. L’intellect, la réalisation de soi, le respect, l’épanouissement personnel, et non l’accumulation de biens matériels, de possessions, d’argent et de pouvoir. Un job ne nous appartient pas. Nos expériences, si. pic.twitter.com/psFaHBXNwJ — les tests de Janis (@tests_janis) May 11, 2022 Ce que les anciens ont accepté sans broncher, la jeune génération n’en veut plus et personne n’aurait jamais dû l’accepter. À notre époque, celle de « Mee Too », « balance ton porc », « balance ta start-up » ou « balance ton agency » (qui ressence énormément de témoignages en commentaires), les langues se délient. Il n’est plus question de baisser la tête, de se taire, d’encaisser sans rien dire au détriment de son propre bien-être. (même avec une petite boîte de compléments alimentaires anti-stress D+ For Care 😉 ). Être là pour servir son supérieur hiérarchique, sans compter ses heures et sans même une reconnaissance humaine/économique, c’était valable pour les générations précédentes. Désormais, les jeunes (qui ont sûrement vu leurs parents trimer) n’en veulent plus et nous ne pouvons que les encourager en ce sens. Que ces accumulations de stages précaires restent le modèle économique plus que borderline de certaines start-ups, grand bien leur en fasse, mais qu’ils ne s’étonnent pas alors si ces mêmes stagiaires préfèrent s’épanouir chez le voisin. D’aucuns expliqueront ce phénomène sociétal par une inversion de l’offre et de la demande uniquement, redonnant le pouvoir aux chercheurs d’emploi dans un contexte de baisse du chômage. Mais il serait illusoire de croire que cette seule cause puisse tout expliquer. Les changements de mentalité et d’aspirations jouent également un rôle dans cette redistribution, et mettre la tête dans le sable conduira inévitablement toutes les autruches dans le mur. Que Claire Despagne ait « toujours rêvé d’avoir une grande tour d’immeuble en verre, avec plein d’employés, un énorme avion avec mon nom sur le côté » – (Me, myself and I again), c’est une chose, mais transférer ses ambitions démesurées, ses ambitions de « despote » comme elle en convient elle-même, à l’ensemble de la population, c’en est une autre. Son rêve à elle n’est pas le rêve de tous, loin de là. Pendant que certains rêvent de biens matériels, de pouvoir, ou encore d’immobiliers, d’autres alertent sur cette démesure, cette avidité et cette volonté de produire et de posséder encore et toujours plus. « Don’t Look Up », à n’en pas douter, c’est ce que nous vivons tous actuellement, le réchauffement climatique en lieu et place de l’astéroïde dans le film. Il nous fonce droit dessus et nous persistons dans nos abus. Néanmoins, cette folie des richesses accumulées ne pourra pas éternellement durer. Félicitons-nous de voir que certains s’en préoccupent et que ces aspirations mercantiles aient de moins en moins de résonnance auprès de la jeune génération. .. … ▼ Et de conclure … … que si les start-up « engagées »/respectueuses de la planète, pouvaient l’être aussi des être humains, ce serait bien. Mais que Claire Despagne se rassure. S’il lui est désormais plus difficile de profiter de la jeunesse au sein de son entreprise, il lui sera toujours possible d’exploiter les créateurs de contenu. « Salut à toi jeune influenceur ! Tu préfères te faire respecter et vivre décemment de ton travail, ou tu veux bien faire ma pub gratos contre une boîte de gummies parce que pour toi, le complément alimentaire, c’est une passion ? J’crois que la question est vite répondu ! ». Après ce bad buzz monumental dont la créatrice de « D+ For Care » est seule responsable, ce n’est plus « 3 maisons voire plus » que Claire va devoir viser, mais plutôt « un château en Espagne ». Et lorsqu’on voit les signalements URSSAF faits autour de ces dérives, on se dit que la vie est bien faite. (Ou que le karma est une pute, question de point de vue). Heureusement pour elle, Madame Despagne est paraît-il, la maîtresse incontestée des p’tites gélules anti-dépression. On dirait bien que l’heure est venue pour elle de les tester. . … Pour finir, n’oubliez pas que, quelle que soit la situation, le plus important reste d’en rire … dans un souci de bien-être holistique évidemment 😉 . Voir cette publication sur Instagram Une publication partagée par ‍☠️ ✖️ ✖️ (@janisensucre) Nb. : les parties les plus savoureuses de la vidéo (lorsqu’elle évoque les 80h de travail notamment) ont été retirées de Youtube. Je me suis donc contentée des bribes restantes récupérées sur Twitter que vous voyez juste au-dessus (bribes de Twitter retirées aussi du réseau social. C’est plus Claire Despagne à ce niveau-là, c’est « Claire DesTop entretien réputation » ). … . ▲ Claire DespagneD+ For Carepolémiquestagiaires 4 Comments Previous« Good Genes », l’excellent sérum multi-fonctions de Sunday Riley NextLe nouveau masque floral de Fresh qui chouchoute les peaux sensibles You may also like Beauté, Makeup La palette Subculture d’Anastasia Beverly Hills mérite-t’elle son bad buzz ? 30/11/2017 En vrac La quenelle, on en fait tout un plat ! 12/01/2014 4 comments Répondre Iluvalar 08/07/2022 at 13:44 Super article en tout cas donc je met un commentaire car j’ai bien rigolé et surtout il faut mettre fin a ce genre de pratique dans les start Up Répondre Anna 14/07/2022 at 17:38 super article! Malheureusement il existe pas mal de personnes de telle sorte! C’est pas possible! Il est essentiel de mettre fin à telles pratiques! Répondre Sandrine 30/10/2022 at 11:11 Day+ ce n est rien d autre qu un article dont l instigatrice maitrise parfaitement les codes et les règles du marketing et de la communication pour vendre un produit présupposé miraculeux en exploitant avec une maîtrise certaine sa parfaite connaissance des complexes, souffrances ou mal être de ses futures consommatrices. Un produit qui écrase les offres de la concurrence en se vantant d être le plus dosé du marché donc le meilleur. En se vantant de pouvoir pallier à toutes vos problématiques en une seule dose concentrée dans un seul produit versus l obligation de devoir prendre x produits différents auprès de la concurrence pour espérer pouvoir obtenir à peine les mêmes résultats que ceux que vous pourriez obtenir en ne prenant qu’un seul produit, à savoir le leur! Mais la vérité et la réalité sont toutes autres. Mon expérience du produit a non seulement été vaine mais aussi et surtout dévastatrice sur mon organisme. Des les premières prises j ai ressenti des vertiges, des nausées et constaté l apparition de multiples boutons sur le visage. Puis s est progressivement mise en place une constipation qui s est avérée permanente. Jusqu alors parfaitement réglée à raison d une fois par jour, je n allais à la selle plus qu une seule fois par semaine et ce avec beaucoup de difficultés malgré une hygiène de vie et un régime alimentaire par ailleurs ultra sains. Mais les desgraments ne se sont pas arrêtés la! Car ne voulant pas un seul instant remettre en cause la confiance que pouvait m inspirer ce produit mais aussi et surtout par immense crédulité de ma part, j ai persisté dans cette expérience! Quelle erreur! Car en supplément des maux cités ci dessus sont apparus un assèchement drastique de la peau de mon visage mais aussi de tout mon corps. Et pour couronner le tout, ma chevelure qui était pleine de vigueur et soyeuse s est retrouvée totalement desséchée avec un toucher « paille ». Et le pire, la goutte d eau qui m a fait instantanément arrêter le produit, c est lorsque j ai constaté une chute de cheveux impressionnante. A peine je les coiffais que je me retrouvais avec des poignées de cheveux sur ma brosse et/ ou dans les mains! La j ai dit STOP AU MASSACRE! Et lorsque je me suis adressée au service client pour leur faire part de ma mésaventure, la seule réponse que j ai obtenue a été une réponse de complaisance a peine dissimulée et tellement de désintérêt: « nous sommes vraiment désolés que notre produit ne vous apporte pas satisfaction. Avez vous essayez d espacer les prises? Avez vous essayé de ne pas le prendre à jeun? Notre produit est très puissant »Voilà les seules réponses que j ai obtenues. Bien sûr que j ai essayé d espacer les prises! Bien sûr que j ai essayé de le prendre à différents moments dans la journée! J ai tout essayé pour refuser l évidence! A savoir qu’au delà de ne pas être miraculeux, ce produit est DANGEREUX! Sans oublier qu au delà d être un produit très onéreux qui ne soit pas accessible à toutes les bourses, on vous soutient que la clé de la réussite de ce produit réside dans sa prise sous forme de cure d un minimum de trois mois. Donc bien sûr que je me suis accrochée. Espérant dans mon fort intérieur que tout cela ne soit que passager. Que les promesses de résultat soient au rendez vous à l issue de ma cure de trois mois. Mais pas du tout car tout a empiré au fur et à mesure que je continuais la prise de ce produit! Et forcément comme je me suis accrochée, j ai persisté dans la prise de ce produit près de 2 mois . Et lorsque j ai dit STOP AU MASSACRE, et bien il était trop tard pour demander le remboursement du reste de la cure que j avais achetée pour 4mois. (3 mois offerts + 1 mois gratuit) Car là on vous dit, désolé mais vous aviez 15jours après l achat pour en demander le remboursement! Les conditions générales d achat ne sont elles pas en totale contradiction avec la communication réalisée autour du produit qui vous incite à faire une cure de 3 mois minimum? Qui renoncerait au bout de 15 jours quand on vous soutient mordicus que les premiers effets visibles se font constater au bout d un mois? Ah quelle belle affaire et quel magnifique rendement pour cette entreprise qui vend la cure de un mois a 90 euros voire 80 euros si vous vous engagez dans un abonnement de 3 mois. Cela étant, pour un produit miracle qui vous promet tant de bénéfices au bout du chemin, qui ne serait pas tenté d’y faire passer toutes ses économies? Car hormis d exclure les femmes dont la rémunération mensuelle est supérieure à la moyenne nationale, ce produit n est pas un produit accessible par toutes. Et là encore, son prix excessif fait appel au prix psychologique! Le prix au-dessus ou en dessous duquel vous renonceriez à son achat. Bien étudié! Car à un tel prix, qui imaginerait que ce produit ne tienne pas la majorité de ses promesses? Et pourtant! J en ai fait l amer expérience! Un mois après son arrêt, tout est rentre dans l ordre et tous les dysfonctionnements constatés au sein de mon organisme ont totalement disparus. A l exception de mes cheveux! Que je peine à faire revivre! Combien de temps cela me prendra t il pour y parvenir?! Je ne vous remercie pas! Car au départ je voulais simplement améliorer quelques signes de l âge apparents sur mon visage! Au bout du compte je me retrouve avec une problématique non résolue mais aussi avec un problème en plus. Et qui plus est un problème de taille! Surtout ne venez pas avec votre marketing bien rodé tenter de me convaincre d essayer votre produit miracle pour la chute de cheveux! A croire que vous développez des produits pour résoudre les problèmes que vos propres produits engendrent! Quel business florissant! Je ne vous souhaite aucune longévité dans le développement de votre entreprise car vous n avez aucune légitimité! Vous êtes dangereux et à fuir absolument! Et je suis persuadée ne malheureusement pas être la seule à avoir fait les frais du massacre et des effets dévastateurs d un tel produit sur le marché! J espère que mon témoignage permettra à d autres femmes hésitantes de renoncer à l achat de votre produit qui est tout sauf miraculeux ! Répondre JanisEnSucre 30/10/2022 at 13:27 Et bien ma pauvre, en effet, ça c’est ce que j’appelle une très mauvaise expérience. :-/ J’espère que tout va finir par rentrer dans l’ordre pour toi en tout cas, et que ta santé va reprendre le dessus. Je pense qu’une bonne solution pour tout remettre en ordre serait d’aller dans une pharmacie sérieuse, avec la boîte des compléments alimentaires que tu as achetée (pour qu’ils puissent voir les ingrédients que ces gélules contiennent), le temps de prise, et expliquer les conséquences sur ta santé. Après tout ça, ils devraient être en mesure de t’expliquer pourquoi tu as eu de tels désagréments, t’indiquer quoi faire et le cas échéant, quoi prendre pour rééquilibrer ton organisme. La santé est trop importante pour la mettre entre les mains de personnes n’ayant aucune notion de pharmacologie. Bon courage pour la suite en tout cas. Laisser un commentaire Annuler la réponseVotre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *Name* Email* Website Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire. Δ Janis En Sucre, Copyright © 2016. All Rights Reserved. Contact Attention si tu veux voler mes photos, tu risques de te faire pincer très fort ! Copyright ©

Leave a Comment