Qui aime le valromey

Log into Facebook NoticeYou must log in to continue.Log Into FacebookYou must log in to continue.Log InForgot account? · Sign up for FacebookEnglish (US)EspañolFrançais (France)中文(简体)العربيةPortuguês (Brasil)Italiano한국어Deutschहिन्दी日本語Sign UpLog InMessengerFacebook LiteVideoPlacesGamesMarketplaceMeta PayMeta StoreMeta QuestInstagramThreadsFundraisersServicesVoting Information CenterPrivacy PolicyPrivacy CenterGroupsAboutCreate adCreate PageDevelopersCareersCookiesAd choicesTermsHelpContact Uploading & Non-UsersSettingsActivity log Meta © 2023 Qui aime le Valromey me suive ! Public Group | Facebook FacebookJoin or Log Into Facebook Email or phonePasswordForgot account?Log InDo you want to join Facebook?Sign UpSign UpEnglish (US)EspañolFrançais (France)中文(简体)العربيةPortuguês (Brasil)Italiano한국어Deutschहिन्दी日本語Sign UpLog InMessengerFacebook LiteVideoPlacesGamesMarketplaceMeta PayMeta StoreMeta QuestInstagramThreadsFundraisersServicesVoting Information CenterPrivacy PolicyPrivacy CenterGroupsAboutCreate adCreate PageDevelopersCareersCookiesAd choicesTermsHelpContact Uploading & Non-UsersSettingsActivity log Meta © 2023 Qui aime le Valromey me suive ! Qui aime le Valromey me suive ! | Dernière chance de la saison Qui aime le Valromey me suive ! Valromey — Wikipédia Aller au contenu Menu principal Menu principal déplacer vers la barre latérale masquer Navigation AccueilPortails thématiquesArticle au hasardContact Contribuer Débuter sur WikipédiaAideCommunautéModifications récentesFaire un don Langues Sur cette version linguistique de Wikipédia, les liens interlangues sont placés en haut à droite du titre de l’article.Aller en haut. Rechercher Rechercher Créer un compte Se connecter Outils personnels Créer un compte Se connecter Pages pour les contributeurs déconnectés en savoir plus ContributionsDiscussion Sommaire déplacer vers la barre latérale masquer Début 1Toponymie 2Géographie 3Histoire Afficher / masquer la sous-section Histoire 3.1Le Valromey antique et médiéval 3.2Le Valromey devient français 3.3Héraldique 4Notes et références 5Articles connexes 6Liens externes Basculer la table des matières Valromey 5 langues DeutschEuskaraItalianoPolski中文 Modifier les liens ArticleDiscussion français LireModifierModifier le codeVoir l’historique Outils Outils déplacer vers la barre latérale masquer Actions LireModifierModifier le codeVoir l’historique Général Pages liéesSuivi des pages liéesTéléverser un fichierPages spécialesLien permanentInformations sur la pageCiter cette pageObtenir l’URL raccourcieÉlément Wikidata Imprimer / exporter Créer un livreTélécharger comme PDFVersion imprimable Dans d’autres projets Wikimedia Commons 45° 54′ nord, 5° 41′ est Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Valromey Le Valromey vu depuis la croix du Grand Colombier. Massif Jura Pays France Région Auvergne-Rhône-Alpes Département Ain Coordonnées géographiques 45° 54′ nord, 5° 41′ est Géolocalisation sur la carte : France Valromey Géolocalisation sur la carte : Ain Valromey Orientation aval Longueur 35 km Type Vallée en V Écoulement Séran Voie d’accès principale D 31 D 904 modifier Le Valromey est à la fois une région historique et une vallée de France, qui au sein du Bugey, participe à la transition entre Haut-Bugey et Bas-Bugey ; elle est drainée par le Séran. Toponymie[modifier | modifier le code] Une étymologie fausse prétend que Valromey signifie « vallée romaine » en ancien français, mais cette étymologie est sans doute victime des apparences. En effet, l’ancien français n’y était que peu parlé avant l’annexion en 1601, la langue vernaculaire était en effet le francoprovençal, langue dans laquelle cette vallée se nomme Verromey. Des attestations plus anciennes apparaissent dans les textes sous les noms de Verrumensi en 1110, Veromensi en 1142 et Verrometum en 1169. Ces évolutions de la dénomination dérivent sans doute de Venetonimagus ou plus anciennement de Vernemetonimagos. Géographie[modifier | modifier le code] Article connexe : Plateau de Retord. Vue du plateau de Retord, hiver 2003. Le Valromey appartient au massif du Jura méridional. Il comprend 14 communes du département de l’Ain : Artemare, Belmont-Luthézieu, Brénaz, Champagne-en-Valromey (chef-lieu de canton), Chavornay, Lochieu, Lompnieu, Ruffieu, Sutrieu, Talissieu, Vieu, Virieu-le-Petit, Béon et Haut Valromey. Il s’ouvre au sud sur le bassin de Belley, autour de la basse vallée du Séran, entre Artemare et Virieu-le-Grand. Il est délimité à l’est par la montagne du Grand Colombier qui le sépare de la vallée du Rhône, à l’ouest par le plateau de Hauteville et la montagne de Planachat qui le séparent de la Cluse des Hôpitaux, et laisse progressivement sa place au nord au plateau de Retord. Son altitude varie de 350 mètres au sud à près de 1 000 mètres au nord. Histoire[modifier | modifier le code] Portrait d’Honoré d’Urfé en 1632. Page de garde d’une édition de L’Astrée du XVIIe siècle. Le Valromey antique et médiéval[modifier | modifier le code] Le Valromey est un ancien pagus d’origine gallo-romaine, le pagus Verromensis. Bien que situé sur la rive droite du Rhône, il est rattaché au diocèse de Genève, à partir du moment où les sources nous renseignent. L’évolution du Bugey au haut Moyen Âge est incertaine mais laisse supposer d’importants remaniements des limites des cités puis des diocèses de Lyon, Vienne, Besançon, Genève et Belley. Le Valromey fait très tôt partie du patrimoine des comtes de Savoie. On ne sait comment il est entré dans leur mouvance, peut-être à l’occasion d’un mariage avec le lignage genevois, celui de Jeanne de Genève avec Amédée II de Savoie en 1070. Dans la première moitié du XIIe siècle, le Valromey est inféodé par les Savoie aux seigneurs de Beaujeu. Le siège de la juridiction est le Châteauneuf situé sur la paroisse de Songieu. En 1285, il est confié à Louis de Vaud, avec une partie du Bugey, dans le cadre d’un partage dynastique. Louis crée un juge pour le Valromey et le Bugey avant 1293. En 1359, l’héritage de Louis II de Vaud est racheté par les comtes de Savoie. La juridiction est rattachée à celles de Bugey et Novalaise. Le Valromey reste dans le domaine ducal jusqu’en 1582, lorsqu’il est inféodé à la famille d’Urfé. On crée alors une « justice de la terre de Valromey » qui s’exerce à Virieu-le-Grand et dont les appels allaient au présidial de Bourg. En 1612, peu de temps après le rattachement à la France, la terre de Valromey devient un marquisat. Le Valromey devient français[modifier | modifier le code] Articles connexes : Traité de Lyon (1601), Honoré d’Urfé et L’Astrée. Le 17 janvier 1601, le traité de Lyon rattache le Valromey à la France. Ce traité entre le duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie et le roi Henri IV de France intègre également à la France, la Bresse, le Bugey (à l’époque, explicitement distingué du Valromey) et le pays de Gex. En échange, la France reconnaît à Charles-Emmanuel Ier de Savoie, duc de Savoie, la possession du marquisat de Saluces. Les terres d’Honoré d’Urfé, en particulier celles de Virieu-le-Grand et de Bâgé-le-Châtel passent donc du duché de Savoie à la France. Seigneur de Châteauneuf et de Virieu, Honoré d’Urfé doit prêter allégeance à son nouveau suzerain, le roi de France. Devant le représentant du roi, le 18 avril 1602, Honoré d’Urfé donne l’aveu et le dénombrement de ses seigneuries de Châteauneuf, de Virieu-le-Grand et de Senoy. Par la suite, ces trois seigneuries sont regroupées dans le comté de Valromey. Les témoins de l’hommage sont de fidèles amis d’Honoré d’Urfé : Gaspard de Genétines (le probable Agathon des Epîtres Morales), Gaspard de Jas (déjà témoin au mariage d’Honoré d’Urfé) et François de Foussat, un forézien. Le passé savoyard d’Honoré d’Urfé, malgré son mariage avec Diane de Châteaumorand, provoque la méfiance française à l’égard de ce nouveau français, encore trop Savoyard. Par exemple, Honoré d’Urfé et Gaspard de Genétines sont un temps soupçonnés, à la suite de la découverte de la conspiration de Charles de Gontaut-Biron en 1602. De 1602 à 1612, pour mieux s’intégrer à la France, Honoré d’Urfé n’utilise pas ses titres savoyards ; dans les publications de ses œuvres, il est simplement présenté comme « gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, capitaine de cinquante hommes d’armes de ses ordonnances ». En 1607, la première édition officielle de l’Astrée est dédiée « au Roy très chrétien Henry le Grand ». Dans la suite de l’Astrée, Honoré d’Urfé fait même l’éloge posthume d’Henri IV de France. Cette bonne volonté, lui permet en 1612, d’être fait marquis de Valromey et de Bâgé. Gravure du XVIIe siècle de Nicolas Sanson où apparaît le mandement du Valromey (à droite, surligné en bleu). Héraldique[modifier | modifier le code] Blasonnement : Palé d’argent et d’azur de six pièces, au lion de gueules, couronné et lampassé d’or, brochant sur le tout. Notes et références[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Communauté de communes du Valromey Musée départemental du Bugey-Valromey Liens externes[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Le Valromey, sur Wikimedia Commons « Site officiel de l’office du tourisme du Valromey-Retord », sur www.valromey-retord.fr v · mRégions naturelles de l’Ain Régions naturellesprincipales Bresse de l’Ain(Portail) Lieux Ferme des Planons Église de Brou Villes Bourg-en-Bresse Musées Ferme-musée de la Forêt Domaine des Saveurs – Les Planons Bugey(Portail) Haut-Bugey Lieux Michaille Parc naturel régional du Haut-Jura Plateau de Retord Tré Pellay Vallée de la Valserine Valromeyt Villes Nantua Valserhône Oyonnax Bas-Bugey Lieux Grottes du Cerdon Valromeyt Plaine de l’Ain Villes Ambérieu-en-Bugey Belley Lagnieu Musées Musée départemental du Bugey-Valromey Musée des traditions bugistes Musée des traditions vigneronnes Musée de la vigne Dombes(Portail) Lieux Parc des oiseaux Villes Villars-les-Dombes Musées Musée de la Dombes Pays de Gex(Portail) Lieux Défilé de l’Écluse Fort l’Écluse Villes Divonne-les-Bains Ferney-Voltaire Gex Blason du département de l’Ain Régions naturellessecondaires Côtière(Portail) Lieux Miribel-Jonage Vierge du Mas Rillier Cité médiévale de Pérouges Plaine de l’Ain Villes Meximieux Miribel Montluel Revermont Lieux Mont Myon Signal de Nivigne Villes Ceyzériat Treffort-Cuisiat Musée Musée départemental du Revermont Val de Saône Lieux La Saône à Thoissey et à Jassans-Riottier Villes Saint-Didier-sur-Chalaronne Trévoux t : Vallée de transition entre Haut-Bugey et Bas-Bugey. Portail de la montagne Portail du massif du Jura Portail de l’Ain Portail du Bugey Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Valromey&oldid=194225188 ». Catégories : ValromeyZNIEFF de type II dans l’AinCatégories cachées : Page avec coordonnées similaires sur WikidataArticle géolocalisé en FranceArticle utilisant une InfoboxArticle avec modèle BlasonnementCatégorie Commons avec lien local identique sur WikidataPortail:Montagne/Articles liésPortail:Géographie/Articles liésPortail:Massif du Jura/Articles liésPortail:Europe/Articles liésPortail:Ain/Articles liésPortail:Auvergne-Rhône-Alpes/Articles liésPortail:France/Articles liésPortail:Bugey/Articles liésPage avec des cartes La dernière modification de cette page a été faite le 3 juin 2022 à 14:17. Droit d’auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence. Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Contact Code de conduite Développeurs Statistiques Déclaration sur les témoins (cookies) Version mobile Activer ou désactiver la limitation de largeur du contenu

Leave a Comment