Les mages en partage

Log into Facebook NoticeYou must log in to continue.Log Into FacebookYou must log in to continue.Log InForgot account? · Sign up for FacebookEnglish (US)EspañolFrançais (France)中文(简体)العربيةPortuguês (Brasil)Italiano한국어Deutschहिन्दी日本語Sign UpLog InMessengerFacebook LiteVideoPlacesGamesMarketplaceMeta PayMeta StoreMeta QuestInstagramThreadsFundraisersServicesVoting Information CenterPrivacy PolicyPrivacy CenterGroupsAboutCreate adCreate PageDevelopersCareersCookiesAd choicesTermsHelpContact Uploading & Non-UsersSettingsActivity log Meta © 2023 Log into Facebook NoticeYou must log in to continue.Log Into FacebookYou must log in to continue.Log InForgot account? · Sign up for FacebookEnglish (US)EspañolFrançais (France)中文(简体)العربيةPortuguês (Brasil)Italiano한국어Deutschहिन्दी日本語Sign UpLog InMessengerFacebook LiteVideoPlacesGamesMarketplaceMeta PayMeta StoreMeta QuestInstagramThreadsFundraisersServicesVoting Information CenterPrivacy PolicyPrivacy CenterGroupsAboutCreate adCreate PageDevelopersCareersCookiesAd choicesTermsHelpContact Uploading & Non-UsersSettingsActivity log Meta © 2023 LES MAGES EN PARTAGE LES MAGES EN PARTAGE LES MAGES EN PARTAGE | L’année 2021 aura été particulièrement restreinte avec la crise sanitaire LES MAGES EN PARTAGE Les mages sont toujours d’actualité – Fondation Père Ménard Nous Père Eusèbe Ménard Mission Historique Conseil d’administration Équipe Brochure corporative Politique de confidentialité Projets Projets en cours Projets terminés Demande de subvention Blogue Chroniques Conversations Courrier des lecteurs Des femmes inspirantes Du coeur à l’action Échos d’Évangile Événements Minute poétique Paroles de dimanches Suggestions de lecture Suggestions de visionnement Témoignages de foi Livrets et cartes de messes Images de livrets Images de cartes Livrets et cartes de messes Bénévolat Bénévole à Montréal Bénévole au Pérou Publications Bulletins Livres Contact Faire un don Dons planifiés Dons mensuels FR ES EN SUIVEZ-NOUS Nous Père Eusèbe Ménard Mission Historique Conseil d’administration Équipe Brochure corporative Politique de confidentialité Projets Projets en cours Projets terminés Demande de subvention Blogue Chroniques Conversations Courrier des lecteurs Des femmes inspirantes Du coeur à l’action Échos d’Évangile Événements Minute poétique Paroles de dimanches Suggestions de lecture Suggestions de visionnement Témoignages de foi Livrets et cartes de messes Images de livrets Images de cartes Livrets et cartes de messes Bénévolat Bénévole à Montréal Bénévole au Pérou Publications Bulletins Livres Contact Faire un don Dons planifiés Dons mensuels Chroniques Les mages sont toujours d’actualité Par Yvon Pomerleau Chroniques 6 janvier 2021 Au cours des dernières années, on a vu s’effriter progressivement (est-ce réellement un progrès?) la dimension religieuse de la fête de Noël. Dans les boutiques, on ne retrouve presque plus de cartes de Noël représentant l’enfant de la crèche. Cependant, les mages, en raison de leur côté exotique, se retrouvent encore sur certaines cartes. Cette année, j’ai porté une attention spéciale aux caricatures de nos journaux et magazines qui se retrouvent sur les médias sociaux et j’en ai récolté une dizaine où les mages sont confrontés à notre situation de pandémie. J’en partage quelques-unes avec vous aujourd’hui. Caricature de Marc Beaudet, publiée le 6 décembre 2020 dans le Journal de Montréal. Une première caricature montre bien l’actualité des mages. Pas de rassemblement à Noël : telle est la consigne écrite dans le ciel. Comme une toute petite famille, Marie, Joseph et l’enfant Jésus sont regroupés dans une étable avec le bœuf et un mouton. Les mages, eux, apparaissent sur l’écran d’ordinateur, prêts pour une rencontre Zoom. Et comme souvent dans ce type de rencontres, il y a l’un ou l’autre participant qui a un problème avec son microphone. Ici, on voit Joseph qui interpelle l’un des mages : «Balthazar, ouvre ton micro!» N’y a-t-il pas là pour nous une invitation à être créatifs dans notre vie de foi, dans nos célébrations liturgiques? Si les rencontres physiques, ne sont plus possibles, nous pouvons imaginer des formes différentes de rencontres où peut s’exprimer la dimension communautaire de notre foi. La pandémie ne doit pas mettre en pause notre vie chrétienne : au contraire, notre foi doit être stimulée et renforcie. Caricature de André-Philippe Côté, publiée le 20 novembre 2020 dans Le Soleil. La cavalcade des mages est l’une des séquences du récit des mages qui a retenu l’attention des peintres au fil des siècles. Sur notre deuxième caricature, on voit les mages engagés dans une course folle à dos de chameaux. Ils sont pressés d’arriver à destination, comme l’exprime l’un d’entre eux : «Vite, vite, vite… Si on arrive après le 27 décembre, la Crèche sera fermée». Notre vie chrétienne est une marche sur les pas de Jésus, un cheminement qui est toujours à poursuivre, même si ce n’est pas à dos de chameau. Jésus a appelé ses premiers disciples par ces mots «Viens et suis-moi». Nous aussi, nous devons aller de l’avant, marcher avec empressement, progresser dans notre foi. La joie doit marquer cette marche parce que le Seigneur est avec nous : il est l’Emmanuel. Nous savons qu’en lui, la vie est plus forte que la mort : son nom est Jésus, à savoir Dieu sauveur. Caricature de Plantu, publiée le 17 novembre 2020 dans Le Monde. Une troisième caricature nous montre Joseph et Marie (montée sur un âne) qui se dirigent vers Bethléem en étant guidés par une étoile en forme de coronavirus. Ils portent un masque de protection tout comme les mages qui les précèdent. Ces derniers, d’un pas sautillant, tentent de saisir, avec un filet pour les papillons, le virus étoilé. Le titre de la caricature en donne le sens : «Il faut sauver Noël». Dans le récit des mages, la lumière joue un rôle important. C’est un astre qui guide les mages. Est-ce une étoile, une comète ou une configuration de planètes? Le 21 décembre dernier, on nous invitait à repérer dans le ciel la fameuse étoile des mages, sous la forme d’un alignement de Jupiter et Saturne. On parlait d’un phénomène qui avait eu lieu, pour la dernière fois avec autant de luminosité, il y a 800 ans. Ce soir-là, je me suis retrouvé sur le toit du couvent pour admirer… un ciel couvert de nuages. Les mages sont des spécialistes des astres. Ils sont attentifs aux signes qu’ils peuvent déchiffrer dans le ciel. Aujourd’hui encore, Dieu se manifeste à nous par des signes. Sommes-nous attentifs aux signes qu’il nous donne de sa présence, aux clins d’œil qu’il nous fait? Savons-nous attraper les messages de Dieu? Noël 2020 Une dernière caricature, avec un texte en anglais, représente l’offrande des cadeaux à l’enfant Jésus pour Noël 2020. Au lieu de l’or, de l’encens et de la myrrhe, cadeaux identifiés dans le récit évangélique, ils ont d’autres présents. Le premier des mages en explique la raison à Marie et Joseph. «Les boutiques de produits non essentiels sont fermées» Alors, les voilà avec un pot de lait, des pâtes alimentaires et… du papier de toilette. Dans le récit des mages, les cadeaux ont une certaine importance, puisque c’est à partir de leur nombre que l’on a déduit le nombre des mages. Trois cadeaux, trois mages. Les mages offrent l’or, l’encens et la myrrhe. Les Pères de l’Église ont dégagé de ces trois cadeaux un sens religieux : l’or pour un roi, l’encens pour Dieu et la myrrhe pour l’humanité souffrante et mortelle de Jésus. Pour le théologien Karl Rahner, ces présents sont des signes du don que nous faisons de nous-mêmes. L’or évoque notre amour, l’encens notre nostalgie et la myrrhe nos souffrances. À la suite des mages, nous sommes invités au même geste d’adoration et d’offrande. Que retenir de ce beau récit des mages, qu’il soit historique ou légendaire? Au-delà des caricatures, nous sommes invités comme les mages à faire un long voyage à la recherche de Jésus. Nous aussi, nous avons besoin d’une étoile pour nous guider dans cette marche et, comme les boutiques de luxe ne nous sont pas accessibles pour le moment, le mieux à faire ne serait-il pas d’offrir à Dieu nos vies quotidiennes? À PROPOS D’YVON POMERLEAU Après plus de trente ans comme missionnaire au Rwanda, où il a vécu la violence du génocide, et comme conseiller du Maître de l’Ordre des Prêcheurs à Rome, il a été prieur provincial des dominicains du Canada de 2002 à 2010. Aimant de la nature et de l’autre, Yvon participe, entre autres, à l’essor du Foyer du monde, une maison d’hébergement pour demandeurs d’asile et réfugiés à Montréal. Les opinions exprimées dans les textes sont celles des auteurs. Elles ne prétendent pas refléter les opinions de la Fondation Père-Ménard. Tous les textes publiés sont protégés par le droit d’auteur. Partager : Sur le même sujet 20 décembre 2023 As-tu déjà vécu un vrai Noël? 13 décembre 2023 La perte d’un ami vrai 1 novembre 2023 Comme Rachel, on pleure Suivez-nous sur Facebook Suivez la fondation sur Facebook afin de rester informé sur nos activités, nos projets et nos dernières publications. Je m’abonne Envie de recevoir plus de contenu? Abonnez-vous à notre liste de diffusion et nous vous enverrons un courriel chaque fois qu’un nouveau billet sera publié, c’est facile et gratuit. Je m’abonne Fondation Père-Ménard 203 -5777, rue Sherbrooke EstMontréal (QC) H1N 3R5 À 5 minutes à pied de la station du Métro Cadillac (ligne verte) Nos heures d’ouverture du lundi au vendredide 9h00 à 16h00Veuillez prendre un rendez-vous avant de vous présenter en personne dans nos bureaux Téléphone (514) 274-7645(Montréal et sa région) sans frais au 1 800 665-7645 (autres régions) Courriel [email protected] Nous sommes un organisme de bienfaisance enregistré : 861 116 739 RR 0001 Politique de confidentialité Copyright © 2020. Fondation Père-Ménard. Tous droits réservés Les coutumes de l’Épiphanie Rubriques 5€ pour 3 moissans engagement Je m’abonne À vif À vif Chroniques Editos Opinions et débats Blogs France France Politique Justice Sécurité Education Exclusion Immigration Dossiers politique Dossiers famille et éducation Voir les dossiers France International International Europe Afrique Amériques Moyen-Orient Asie Océanie Voir les dossiers International Religion Religion Laïcité Catholicisme Pape Catholicisme France Catholicisme Monde Le Collège des cardinaux La Documentation catholique Islam Judaïsme Protestantisme Orthodoxie Bouddhisme Croire Dossiers spiritualité Lexique religieux Voir les dossiers Religion Économie Économie Économie française Économie internationale Social Entreprises Média et presse Économie solidaire Voir les dossiers Économie Culture Culture Cinéma Musique Programme et critiques TV Radio Théâtre Art et expositions Livres et idées Voir les dossiers Culture Planète Planète Climat COP28 2023 (Dubaï) Biodiversité Pesticides Pollution Sciences Voir les dossiers Planète Santé Santé Médecine Maladie Médicament Alimentation et santé Écologie et santé Voir les dossiers Santé Art de vivre Art de vivre Recettes de cuisine Jardin Voir les dossiers Art de vivre Sport Sport Football Rugby Tennis Cyclisme Jeux Olympiques Paris 2024 Voir les dossiers Sport Dernières infos AFP Newsletters Podcast Vidéos Vidéos Diaporamas Graphiques Quiz Lire le Journal La Croix l’Hebdo Blogs Archives Mots Croisés La Croix International Librairie La Croix Lire le journal / L’Hebdo Je m’abonne Se connecter À vif France International Religion Économie Culture Planète Actualité Religion Les coutumes de l’Épiphanie L’Épiphanie, que beaucoup aiment appeler la Fête des rois, est étymologiquement la fête de la manifestation de Dieu aux hommes, en la venue de Jésus. En Occident, on célèbre l’adoration des mages. Fèves, galettes et couronnes égayent la fin des repas. P. Jacques Nieuviarts, assomptionniste et bibliste, le 14/08/2012 à 10:35 Modifié le 01/01/2022 à 06:00 Lecture en 4 min. Les coutumes de l’Épiphanie × Part de galette des rois contenant la fève. Sébastien Garcia – stock.adobe. Part de galette des rois contenant la fève. Sébastien Garcia – stock.adobe. Commenter Réagir Envoyer par mail Envoyer Partager sur Facebook Partager Partager sur Twitter Twitter Commenter Réagir Envoyer par mail Envoyer Partager sur Facebook Partager Partager sur Twitter Twitter On a longtemps fêtée l’Épiphanie le 6 janvier, douze jours après Noël. En raison de son importance, on préfère la fêter aujourd’hui le dimanche le plus proche. La tradition populaire s’est davantage attachée aux mages venus d’Orient, Melchior, Balthazar et Gaspard. Ils manifestent le caractère universel du salut apporté par le Christ et de nombreux diocèses organisent ce jour-là ou un jour proche, une « fête des Peuples » à laquelle ils invitent les chrétiens de toutes origines à célébrer ensemble l’eucharistie et partager un repas.Coutumes et traditionsBeaucoup, dans les familles ou dans les églises, ont peu à peu approché de leur crèche, dans les jours qui précèdent, les mages et leurs chameaux, pour symboliser leur marche vers Bethléem. Leur propre marche intérieure aussi, en la fête de Noël. Et à l’Épiphanie les mages sont là, et nous avec eux, au plus près de la crèche et de l’enfant qui vient de naître, Emmanuel, Dieu avec nous.Le jour de l’Épiphanie, on partage en famille ou entre amis la traditionnelle galette des rois. Celui qui trouve la fève reçoit la couronne et choisit sa reine. Et certains étendent la coutume du partage de la galette à leurs réseaux amicaux voire professionnels, éventuellement même durant tout le mois de janvier. Les pâtissiers ne leur donnent pas tort ! Mais se souvient-on, quand on mange la galette, d’où elle vient et ce qu’elle rappelle ?La galette des roisLa coutume de la galette remonte peut-être au temps des Romains. En décembre, au cours de la fête des Saturnales déjà évoquées, ces fêtes qui duraient sept jours et où tout était autorisé, ils élisaient le roi du festin au moyen d’une fève. En France, c’est depuis le XIVe siècle que l’on mange la galette des rois à l’occasion de cette fête. Dans la galette est dissimulée une fève et celui qui a la part où elle se trouve est déclaré roi. Il est de coutume que le plus jeune convive se glisse sous la table pour désigner à qui sont attribuées les parts.→ LIRE : L’origine de la galette des roisLa part du pauvre et des absentsLa tradition veut que l’on partage la galette en autant de portions que de convives, plus une, la première étant toujours la part du pauvre, également appelée part du Bon Dieu ou part de la vierge – éventuellement part de Dieu et de la Vierge -. Elle était destinée au premier pauvre qui se présenterait. Il y avait aussi la part des absents – le fils aux armées, le parent sur un vaisseau du roi, le pêcheur qui n’était pas rentré… -. Elle était rangée dans la huche jusqu’à leur retour. Si elle se gardait longtemps, sans s’émietter et sans moisir, c’était un bon présage.La fèveUne légende raconte que la fève serait née avec la fameuse bague que Peau d’âne portait au doigt et qui glissa dans la pâte juste avant qu’elle enfourne le gâteau. Mais son utilisation est beaucoup plus ancienne et remonte probablement au 14e siècle. Son histoire remonte elle aussi au temps des Romains, fève blanche ou noire déposée pour les scrutins, ou utilisée durant les Saturnales pour élire le roi du festin.La fève est la promesse d’une nouvelle vie. Mais au cours de l’histoire, elle a été parfois remplacée par une pièce d’argent, voire d’or chez les plus fortunés. En 1870 la fève en porcelaine fit son apparition. Depuis, les fèves en plastique se sont également multipliées. Elles représentent parfois des motifs religieux liés à la fête de Noël, tels que les santons ou l’étoile, mais on en trouve de plus en plus qui parfois surprennent : héros de dessins animés et autres figurines, très éloignées il faut bien le dire, du sens de la fête, au point que la fève est devenue un véritable objet de collection. Le musée de Blain, en Loire-Atlantique, en compte plus de dix mille !Histoire et forme de la galetteOn dit qu’au 11e siècle les chanoines du chapitre de Besançon se mirent à désigner leur futur dirigeant en cachant une pièce d’argent dans un pain et que peu à peu d’autres congrégations adoptèrent cette coutume. Le pain se transforma en brioche, sorte de pâte à pain améliorée. On servit ainsi la fougasse dans le Languedoc, la coque en Ariège, parfois garnie de fruits confits comme en Provence ou de grains d’anis comme dans le cas du garfou, dans le Béarn. On trouvait aussi des fouaces ou fouées dans le Perche. Le gâteau servi en Bresse était une flamusse à la farine de maïs ou de sarrasin, tandis que l’on servait en Normandie des garots. Enfin, dans le Périgord certaines familles ne mangeaient pas la brioche mais une grande quantité de beignets appelés crépeaux ou pâtissous.Il existe deux sortes de galette.Le sud de la France semble avoir conservé davantage la tradition, puisque le galette ou le gâteau des Rois demeure le plus souvent une couronne briochée, parfois aromatisée de citron et décorée de fruits confits, une couronne dont la forme s’apparente à une roue, symbole de la terre et des champs, qui évoque un ancien rite agraire : l’appel du printemps après l’hiver. Cependant, à l’image de ce qui se pratique au nord de la Loire on consomme aussi des galettes en pâte feuilletée garnie de frangipane.Il existe ainsi aujourd’hui deux sortes de galettes : la brioche nature, toujours en forme de grosse roue parsemée de pépites de sucre. En Provence, elle est fourrée aux fruits confis. Et la galette feuilletée, parfois « sèche » (simple pâte feuilletée sucrée), le plus souvent fourrée de frangipane (sorte de crème d’amande inventée au XVIe siècle par Frangipani, célèbre saucier florentin, d’où son nom). Le dessus de la galette est alors strié, à l’image d’un filet de pêche. On a d’ailleurs parfois pris comme fèves des figurines de petits poissons. Peut-être parce que le poisson fut l’un des premiers symboles chrétiens ?Sous le signe de la lumièreLa fête de l’Épiphanie prolonge ainsi la fête de Noël. Elle en est comme l’autre versant. À Noël, Dieu se révèle sous les traits d’un enfant. À l’Épiphanie, il est manifesté à tous, aux nations. L’ensemble des traditions et coutumes de Noël trouve là sa source. Dans l’attente et la joyeuse reconnaissance du Christ venant dans le monde et donné pour tous, appelant à donner.A LIRE→ Quel est le sens de la fête de l’Épiphanie ? → Épiphanie, qui étaient les Rois mages ? → Marie-Noëlle Thabut explique l’épiphanie → Diaporama: Adoration des mages, par Tiepolo À découvrir Origine de la galette des rois Epiphanie Rois mages Réagissez Vous devez être connecté afin de pouvoir poster un commentaire Déjà inscrit sur la Croix ? SE CONNECTER Pas encore abonné ? ABONNEZ-VOUS à partir d’1€ Dans ce dossier Fête de l’Épiphanie 2024 Y a-t-il plusieurs dates pour l’Épiphanie ? Quel est le sens de la fête de l’Épiphanie ? VIDEO – L’étoile des mages a-t-elle vraiment existé ? Épiphanie : les mages, un récit inspiré par l’Ancien Testament Épiphanie du Seigneur, année C : « Venus d’Orient… » VIDEO – Marie-Noëlle Thabut explique l’épiphanie DIAPORAMA – L’arrivée des mages à Bethléem, par Octave Penguilly L’Haridon Fête de l’Épiphanie 2023 : qui étaient les Rois mages ? Méditation : Nous avons vu son étoile Voir plus d’articles Les plus lus 1. Mort de Jacques Delors : Martine Aubry et l’ombre du père 2. Mort à 98 ans de Jacques Delors, figure de la construction européenne 3. Russie : Alexeï Navalny dans l’enfer d’IK-3 4. Habitat : un pionnier du design d’intérieur placé en liquidation judiciaire 5. Noël 2023 : 5 idées de romans policiers pour les passionnés de polars Commencez l’année bien informé ! Abonnez-vous dès 5€ seulement. J’en profite La Croix NUMÉRIQUE ESSENTIEL 5€ pour 3 mois sans engagement Je m’abonne TOUS LES ARTICLES SUR LE SITE ET L’APPLICATION Le journal papier et l’Hebdo en version numérique Les 3 newsletters quotidiennes « L’essentiel » Les newsletters thématiques L’accès aux archives À la Une France Nouvel An : la grève des policiers municipaux ne devrait pas affaiblir la sécurité Le Conseil d’État confirme la circulaire sur l’accueil des élèves transgenre à l’école Jacques Delors : Macron présidera une cérémonie d’hommage national aux Invalides le 5 janvier Transidentité à l’école : la circulaire Blanquer suspendue à la décision du Conseil d’État Monde Guerre Israël-Hamas : l’ONU dénonce les entraves à l’aide, le Hamas en Égypte… Le bilan du 84e jour Guerre en Ukraine, jour 674 : ce qu’il faut retenir de la journée du vendredi 29 décembre Au Japon, des « gâteaux de Noël aplatis » font scandale Risque d’embrasement entre Israël et le Hezbollah libanais Religion La France n’acceptera plus de nouveaux « imams détachés » à partir du 1er janvier, selon Darmanin En Irlande, les responsables chrétiens veulent <em>« donner l’exemple »</em> pour la paix et la réconciliation « Marguerite-Marie Alacoque est moderne dans sa recherche d’intensité » Timothy Radcliffe : « Plus l’avenir est périlleux, plus il est urgent de rechercher ensemble le bien commun » Économie Agriculture : feu vert à l’utilisation des eaux usées pour l’irrigation des cultures Dépendance : MaPrimeAdapt’, une nouvelle aide pour adapter son logement à la perte d’autonomie Contrôle aérien : promulgation d’une réforme du droit de grève dans le secteur Électroménager : le bonus réparation a droit à une deuxième chance L’actu à ne pas manquer Société Actualité politique Gouvernement Borne Migrants Faits divers Procès et affaire judiciaire Loi, projet de loi et réforme Attentat en France Prisons GPA Euthanasie École Baccalauréat 2024 International Guerre en Ukraine Attentat dans le monde Guerre, crise et conflit Conflit israélo-palestinien Conflit du Haut-Karabakh Géopolitique Élections européennes 2024 Élection présidentielle américaine 2024 Tension Chine – États-Unis Union européenne (UE) Organismes internationaux Personnalité politique Religion Pape François Vatican et Curie romaine Synode sur la synodalité (2021/2024) Santé du pape Démission du pape Conclave (élection du pape) Encyclique Fête religieuse catholique 2023 Glossaire mots religieux La Bible Sacrement catholique Dossiers spiritualité Économie Emploi et travail Entreprises Consommation Pouvoir d’achat Inflation Carburant Biocarburant Épargne et placement Impôt sur le revenu 2024 Grève en France Crise économique et sociale Transition énergétique Planète Réchauffement et changement climatique Sources d’énergie Pollution Tsunami Séisme Ouragan, cyclone et typhon Canicule Incendies de forêt Énergies renouvelables COP – Conférence climats Catastrophe et accident nucléaire Découverte et exploration de l’Espace Santé Coronavirus (covid-19) Cancer Vaccin (vaccination) Épidémie et pandémie Drogue et addiction Virus Scandale alimentaire et sanitaire Sexualité Perturbateur endocrinien Corps humain PMA (procréation médicalement assistée) Fin de vie Culture Livre, roman et BD Critique ciné, film et documentaire Prix littéraires 2023 Festival BD d’Angoulême 2024 (FIBD) Oscars 2024 César du cinéma 2024 Festival de Cannes 2024 Festival d’Avignon 2024 Sortie culturelle en famille Personnalité culturelle Mort et funérailles de personnalité Grands dossiers culture Art de vivre Conseils de jardinage Recettes de cuisine Retraite spirituelle Pèlerinage à Lourdes 2024 Pèlerinage chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle Loisirs Série et reportage Idées cadeaux de Noël 2023 Patrimoine Nous contacter Service client Courrier des lecteurs Aide Résilier votre abonnement L’équipe Espace Presse Facebook Twitter Flipboard Linkdedin Nos services Abonnement Découvrir LA CROIX numérique Boutique Faire un don Inscription à la newsletter RSS Mots croisés gratuits en ligne L’écosystème de La Croix La Croix International La Croix Español La Croix Africa Les sites du groupe Bayard BAYARD BELGIQUE BAYARD JEUNESSE EDITIONS BAYARD Groupe Bayard MILAN PRESSE Librairie Bayard NOTRE FAMILLE NOTRE TEMPS Phosphore EVEILALAFOI.FR LE MONDE DE LA BIBLE PANORAMA PÈLERIN POINTS DE REPÈRE PRIONS EN EGLISE Chantons en eglise Politique de confidentialité – Gestion des cookies – Mentions légales – CGU – Sitemap – Classement Tour de France – Résultats élections européennes 2024 – Résultats élection présidentielle 2022 – Résultats élections législatives 2022 © 2023 – Bayard – Tous droits réservés – @la-croix.com est un site de la Croix Network Groupe public LES MAGES EN PARTAGE | Facebook FacebookInscrivez-vous ou connectez-vous à Facebook Adresse e-mail ou téléphoneMot de passeInformations de compte oubliées ?Se connecterVoulez-vous vous inscrire à Facebook ?S’inscrireS’inscrireFrançais (France)English (US)Español中文(简体)العربيةPortuguês (Brasil)Italiano한국어Deutschहिन्दी日本語S’inscrireSe connecterMessengerFacebook LiteVidéoLieuxJeuxMarketplaceMeta PayMeta StoreMeta QuestInstagramThreadsCollectes de donsServicesCentre d’information sur les électionsPolitique de confidentialitéCentre de confidentialitéGroupesÀ proposCréer une publicitéCréer une PageDéveloppeursEmploisCookiesChoisir sa publicitéConditions généralesAideImportation des contacts et non-utilisateursParamètresHistorique d’activité Meta © 2023

Leave a Comment